Portez un masque anti-ronflement

Le ronflement est un phénomène redouté par bon nombre d’entre nous.

Entre l’inconfort, la gêne, la peur de déranger son conjoint… voire les plaintes de celui-ci… Il n’est pas facile de gérer le ronflement.

Heureusement, la recherche a beaucoup avancé dans ce domaine et ronfler n’est désormais plus une fatalité.

Vous pouvez très vite être soulagé et retrouver des nuits sereines… et silencieuses.

Parmi les solutions disponibles figure le masque anti ronflement.

En avez-vous déjà entendu parlé ?

Je vous propose en tout cas de le découvrir tout de suite plus en détail et de mieux comprendre son fonctionnement.

masque anti ronflement

Portez un masque anti-ronflement

Ne ronflez plus et dormez…

Le masque anti-ronflement : une solution simple et efficace

Le port du masque anti-ronflement inquiète bien souvent les personnes concernées.

Dès que le médecin en parle, le patient s’imagine quelque chose de très difficile à supporter.

Pourtant, bien que très impressionnant, il n’est pas douloureux et bon nombre d’utilisateurs témoignent de nuits beaucoup plus confortables.

En effet, une fois l’habitude prise, il apporte un vrai soulagement.

Si votre médecin vous parle de ce masque anti ronflement, ne vous effrayez pas !

Vous en serez très certainement très satisfait.

Comment fonctionne le masque anti-ronflement ?

Le masque anti ronflement est destiné à dégager les voies respiratoires, sources de vibrations sonores.

Pour ce faire, il va envoyer de manière continue de l’air tout au long de la nuit.

La pression ainsi créée va favoriser l’ouverture des voies respiratoires, permettant alors une bonne pénétration de l’air dans la gorge.

Les tissus ne seront alors plus sujets à l’affaissement et laisseront un passage satisfaisant.

Vous retrouverez une respiration sereine, facile et surtout sans bruit !

Porter un masque anti-ronflement

Je vous conseille donc d’en parler au plus vite à votre médecin.

Ne redoutez plus le port du masque anti ronflement !

© freedigitalphotos.net

 

Vaincre l’hypopnée du sommeil

Pour petit rappel, l’hypopnée du sommeil est un trouble trop peu connu, beaucoup moins que l’apnée dont on parle couramment.

Pourtant elle est tout aussi gênante  dans la vie quotidienne et perturbe fortement la qualité des nuits.

Il s’agit d’une obstruction partielle des voies respiratoires, contrairement à l’apnée qui correspond à une obstruction totale.

Heureusement, diverses solutions existent pour atténuer voire faire disparaitre ce phénomène et vous aider à mieux dormir.

Les voici tout de suite en détail.

hypopnée du sommeil

Vaincre l’hypopnée du sommeil

Retrouvez un bon sommeil…

Comment faire pour vaincre l’hypopnée du sommeil ?

La première chose à faire pour vaincre l’hypopnée du sommeil est de trouver son origine exact.

En effet, l’obstruction à la source de l’hypopnée trouver son origine dans un trouble de la respiration.

Bien souvent, il s’agit d’une infection respiratoire qui engendre une inflammation et donc une gêne pour respirer.

Lutter contre cette infection peut donc aider à régler rapidement les problèmes d’hypopnée du sommeil.

Divers traitements sont alors envisageables, que ce soit via la médecine traditionnelle ou à l’aide d’une solution naturelle.

Se débarrasser de l’hypopnée du sommeil en peu de temps

Lorsque l’hypopnée du sommeil n’est pas due à une inflammation mais plutôt à un problème physiologique, ce sont les solutions traditionnellement utilisées dans le cadre de l’apnée du sommeil qui sont utilisées.

Parmi les plus courantes figure la ventilation en pression positive continue.

Elle consiste à porter un masque au cours de la nuit afin d’élargir le passage au niveau de la gorge et ainsi de permettre à l’air de passer plus facilement.

Enfin, il reste toujours possible d’avoir recours à la chirurgie dans les cas les plus importants.

Cette intervention consiste à retirer une partie de la peau distendue et permet de dégager définitivement le passage de l’air.

L’hypopnée du sommeil en question

Si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à en parler à votre médecin.

Traiter une hypopnée peut éviter la survenue d’une apnée complète !

© freedigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article

Quel traitement pour l’énurésie nocturne ?

Comme nous avons déjà eu l’occasion d’en parler dans de précédents sujets, l’énurésie nocturne est un phénomène qui peut toucher aussi bien les adultes que les enfants.

Gênant, difficile à vivre et à avouer, troublant pour la qualité du sommeil, il doit être pris au sérieux et traiter rapidement.

Car en effet, je vous rassure, l’énurésie nocturne n’est pas une fatalité, loin de là !

De nombreuses solutions existent et permettent d’améliorer grandement la situation, voire de la faire disparaitre définitivement.

traitement de l'énurésie nocturne

Quel traitement pour l’énurésie nocturne ?

Débarrassez vous de l’énurésie…

Simple et efficace : un traitement hygiénique pour l’énurésie nocturne

Tout d’abord, quelques mesures d’hygiène de vie peuvent vous aider à réduire, voire à faire disparaitre l’énurésie nocturne.

Tout d’abord, éviter de trop boire dès la fin d’après midi et ne rien absorber après le dîner, lorsque cela est possible, manger au moins deux heures avant le coucher.

Tout cela peut vous aider, ou aider votre enfant, à mieux dormir et à  gérer les envies d’uriner pendant le sommeil.

Il est également important de se rendre aux toilettes juste avant le coucher, même si l’énurésie touche un jeune enfant.

Dans ce cas, il est même recommandé que les parents l’emmène une nouvelle fois aux toilettes lorsqu’ils vont au lit.

Si ces quelques précautions ne suffisent pas, plusieurs traitements ont été mis en place et peuvent vous aider à mieux contrôler les envies d’uriner.

Traiter l’énurésie nocturne

Un traitement par hormone anti diurétique peut également être envisagé.

Il permet de réduire la quantité d’urine produite au cours de la nuit et donc de réduire le besoin d’uriner.

Très efficace, il permet une résolution rapide du problème.

Il est tout particulièrement employé lorsque l’énurésie nocturne est très mal vécue ou qu’un événement proche oblige à régler le problème rapidement.

Quoi qu’il en soit, le plus important pour traiter l’énurésie nocturne est de ne pas se laisser enfermer dans cette situation et d’oser en parler à son médecin.

Apprendre à gérer l’énurésie nocturne

Autre point important : en attendant les résultats, il faut savoir accepter la situation.

Ne pas se focaliser dessus, ne pas stresser si l’amélioration se fait attendre et surtout, ne pas se renfermer.

© freedigitalphotos.net

Consulter un spécialiste du sommeil pour bébé

Le sommeil du jeune enfant peut parfois s’avérer particulièrement difficile.

Même si les réveils nocturnes et les difficultés d’endormissement sont normaux dans les premiers mois de vie de l’enfant, ils peuvent parfois prendre des proportions importantes.

Dans certains cas, l’enfant est sujet dès son plus jeune âge à des troubles du sommeil importants.

Je vous propose donc de découvrir tout de suite quand consulter un spécialiste du sommeil pour bébé afin de l’aider à réguler ses nuits rapidement.

specialiste du sommeil pour bebe

Consulter un spécialiste du sommeil pour bébé

Aider bébé à dormir…

Pourquoi consulter un spécialiste du sommeil pour bébé ?

Le sommeil est essentiel dans le développement de l’enfant.

Il est donc important de s’en préoccuper rapidement lorsque celui-ci pose problème.

Entre 6 mois et un an, ce ne sont pas moins de 15 heures de sommeil par jour qui sont nécessaires à l’enfant.

Lorsque le volume de sommeil est bien en dessous de ce chiffre, il devient important de consulter un spécialiste qui pourra vous donner quelques astuces simples pour réguler au mieux le sommeil de bébé.

Car, en effet, quelques petites modifications du cadre ou du rythme de vie sont bien souvent suffisantes pour aider bébé à mieux dormir.

Quels conseils donnera le spécialiste du sommeil pour bébé ?

Parmi les premières choses à voir pour faciliter le sommeil de bébé est son cadre de vie.

Veiller à ce que la chambre ne soit ni trop chaude ni trop froide, à ce que sa literie soit de bonne qualité, à ce qu’il soit tranquille pour dormir… ces quelques précautions toutes simples sont bien souvent la solution aux soucis de sommeil de bébé.

De même, en fin de journée, il est préférable de favoriser des instants calmes qui aideront bébé à se préparer à une bonne nuit.

Enfin, le co-dodo peut être une technique efficace lorsque l’enfant ressent un fort besoin d’être rassuré.

Bien entendu, tout ceci n’est qu’un petit aperçu des nombreux conseils que pourra vous fournir un spécialiste du sommeil.

Consulter un spécialiste du sommeil dans les premiers mois de bébé

Il ne faut pas hésiter à prendre rendez-vous rapidement auprès d’un spécialiste du sommeil.

Lorsque les nuits de bébé sont très agitée, une grande fatigue peut s’installer chez les parents et il est donc fortement préférable de ne pas laisser cette situation difficile perdurer.

© freedigitalphotos.net

Enfant et terreur nocturne : difficile à gérer

De nombreux enfants sont victimes de terreurs nocturnes.

Souvent confondues avec de simples cauchemars, elles en sont pourtant bien différentes.

En effet, au cours d’une crise de terreurs nocturnes, rien ne semble pouvoir calmer l’enfant.

Il a les yeux ouverts, crie, hurle mais n’est pourtant pas éveillé.

Elles peuvent parfois se manifester dès 18 mois, même s’il est plus fréquent de les rencontrer vers l’âge de 3 ans.

Heureusement, quelques précautions peuvent vous aider à limiter, voire à faire disparaitre les crises de terreurs nocturnes chez votre enfant.

Voici comment faire.

enfant terreur nocturne

Enfant et terreur nocturne : difficile à gérer

Soutenez votre enfant…

Face aux terreurs nocturnes de l’enfant, que faire ?

Si votre enfant à tendance à subir des terreurs nocturnes, la première chose que vous puissiez faire est de « dédramatiser » le moment du coucher.

Par exemple, mettez en place une routine du coucher qui vous permettra de rassurer votre enfant.

N’allez pas chercher quelque chose de compliqué mais préférez quelque chose qui va le calmer et le détendre.

Par exemple, brossage de dent, petit tour aux toilettes, histoire et gros câlin.

Votre enfant ira se coucher de meilleure cœur et aura donc tendance à être moins terrorisé à l’idée de dormir.

Conseils pour vaincre les terreurs nocturnes chez l’enfant

Favorisez également une atmosphère calme dans la chambre de l’enfant.

Une petite lumière douce, une chambre bien rangée et décorée avec sobriété, pourquoi pas une musique douce au moment de s’endormir…

La relaxation peut également être très utile pour débarrasser votre enfant de ses terreurs nocturnes.

Il existe de petits exercices très simples, que tous les enfants peuvent pratiquer.

Accompagnez le au moment du coucher, faites les exercices avec lui, au moins au début, et faites les devenir une part entière de la routine du coucher.

Enfin, ne dramatisez surtout pas la situation !

Parlez en avec l’enfant si celui-ci en émet le souhait mais ne le forcez pas.

Ne pas craindre les terreurs nocturnes

Si vous restez zen face aux terreurs nocturnes de l’enfant, celui-ci les appréhendera beaucoup moins.

Gardez donc bien en tête qu’elles sont normales et sans aucune gravité.

© freedigitalphotos.net

 

Quels sont les troubles du sommeil paradoxal ?

Bien souvent, on ne porte pas suffisamment attention au sommeil paradoxal.

Pour bon nombre d’entre nous, c’est la phase de sommeil profond qui est essentielle.

Alors, certes, elle est très importante car c’est elle qui nous permet de recharger nos batteries et de récupérer de la fatigue accumulée au cours de la journée.

Mais la phase de sommeil paradoxal est elle aussi important et il est donc préférable de ne pas négliger les troubles qui peuvent se manifester à ce moment.

Je vous propose donc de les découvrir tout de suite et de comprendre leur importance.

troubles du sommeil paradoxal

Quels sont les troubles du sommeil paradoxal ?

Dormez bien toute la nuit…

Quels sont les troubles du sommeil paradoxal ?

Petit rappel : le sommeil paradoxal est la phase durant laquelle notre sommeil est le plus léger.

C’est à ce moment que ce manifestent les rêves et que nous sommes le mieux disposés pour nous réveiller en pleine forme.

Mais c’est aussi une phase durant laquelle peuvent se manifester de nombreux troubles du sommeil gênants.

Par exemple, c’est pendant la phase de sommeil paradoxal qu’arrivent les cauchemars.

Certaines personnes en souffrent à chaque phase de sommeil paradoxal rencontrée durant la nuit, à tel point que leur sommeil s’en trouve fortement perturbé.

Les troubles du sommeil paradoxal

C’est aussi à cette période de la nuit que se manifeste la somniloquie, le fait de parler en dormant.

Très gênant lorsque l’on vit en couple, la somniloquie peut également avoir un effet néfaste sur la qualité de la nuit.

Enfin, c’est également pendant le sommeil paradoxal qu’arrive le somnambulisme.

Ceci n’est qu’un aperçu des différents troubles pouvant se manifester durant la nuit.

Comme vous pouvez le constater, mieux vaut ne pas négliger ces phénomènes et les prendre au sérieux dès leur apparition.

Traiter les troubles du sommeil paradoxal

Contrairement aux difficultés d’endormissement ou aux réveils nocturnes, les troubles du sommeil paradoxal ne sont pas très faciles à traiter.

Ils sont bien souvent le symptôme d’un trouble plus profond qu’il faudra traiter en priorité.

© freedigitalphotos.net

Pourquoi ronfle-t-on ? Quelques réponses

Le ronflement est un phénomène courant mais assez difficile à vivre, surtout lorsque l’on est jeune.

De même, il est souvent mal vécu par les femmes qui ont tendance à ressentir un sentiment de honte à l’idée de ronfler.

Mais pourquoi ronfle-t-on ?

D’où vient ce trouble du sommeil si particulier ?

Je vous propose de vous aider à répondre tout de suite à cette question pour vous permettre de mieux comprendre le ronflement.

pourquoi ronfle t on

Pourquoi ronfle-t-on ? Quelques réponses

Ronfle, ronfle pas…

Pourquoi ronfle-t-on durant notre sommeil ?

Le phénomène du ronflement vient du blocage de l’air dans le fond de la gorge.

Vient alors un bruit rauque, plus ou moins intense, qui se fait entendre lors de chaque respiration.

Il est parfois bien difficile de trouver la cause de ce blocage de l’air.

Pourtant, il existe quelques caractéristiques physiques qui peuvent vous aider à expliquer le ronflement.

En effet, divers facteurs ont tendance à favoriser le ronflement.

Tout d’abord l’âge.

Plus on vieillit, plus on a tendance à ronfler.

Ensuite, le sexe.

Les hommes sont en effet plus sujets au ronflement que les femmes.

Les causes du ronflement en question

Le poids est également un facteur important dans la survenue des ronflements.

Des kilos supplémentaires, un surpoids avéré peuvent fortement développer le phénomène du ronflement.

On ne le sait  pas assez mais le tabac est lui aussi une forte cause de ronflement.

Fumer entraine une inflammation chronique des voies aériennes supérieures et rend alors difficile la circulation de l’air.

Enfin, il peut également arriver que le ronflement soit causé par une obstruction nasale.

Occasionnelle ou durable, elle rend difficile la respiration et favorise la survenue d’un bruit au cours de la nuit.

Comprendre le ronflement pour l’anticiper

Mieux comprendre les causes du ronflement peut vous aider à réduire son apparition.

N’hésitez donc pas à faire le point sur vos habitudes de vie.

© freedigitalphotos.net

Qu’est ce que l’énurésie nocturne ?

Tous les parents connaissent, un jour ou l’autre, le problème du pipi au lit.

Presque tous les enfants, avant de maitriser parfaitement la propreté, traversent une période durant laquelle ils ne parviennent pas à se retenir toute la nuit.

Il est parfois rare que l’envie d’uriner les réveillent et il est alors trop tard…

Cela concerne les jeunes enfants dont le contrôle du sphincter n’est pas encore acquis.

Lorsque le problème concerne un enfant plus âgé, on parle d’énurésie nocturne.

Pourquoi atteint-elle certains enfants ?

Quelles solutions existent ?

Voyons tout cela ensemble dès maintenant.

énurésie nocturne

Qu’est ce que l’énurésie nocturne ?

Finissez-en avec le pipi au lit…

Enurésie nocturne : un vrai problème

Si le pipi au lit n’a absolument rien d’inquiétant lorsqu’il touche un jeune enfant, il devient important de s’en préoccuper dès lors que la propreté de jour est acquise depuis déjà plusieurs mois.

Il existe deux types d’énurésie.

Tout d’abord l’énurésie primaire, lorsqu’elle n’a pas été précédée d’une période de propreté la nuit, et l’énurésie secondaire, quand l’enfant a connu une période de propreté de six mois ou plus.

Le phénomène d’énurésie nocturne peut également être simplement passager, intermittente, avec des périodes de propreté plus ou moins longues, ou régulière, avec des pipis au lit plusieurs fois par semaine, voire toutes les nuits.

Quelles sont les causes de l’énurésie nocturne chez l’enfant ?

L’énurésie nocturne peut s’expliquer par plusieurs facteurs.

Tout d’abord, il peut s’agir d’un problème physique.

Une maturation plus longue, une vessie plus petite que la moyenne ou encore des prédispositions génétiques peuvent être en cause.

Le problème peut également venir de difficultés à se réveiller au cours de la nuit.

L’enfant dort profondément et ne ressent pas l’envie d’uriner à temps.

Enfin, l’énurésie nocturne peut tout simplement être le symptôme d’un trouble nerveux, d’un traumatisme.

Traiter l’énurésie nocturne

Le principal souci avec l’énurésie nocturne est qu’elle trouble le sommeil de l’enfant.

Il est donc important de s’en préoccuper rapidement.

Diverses solutions existent et nous auront l’occasion d’y revenir dans un prochain article.

© freedigitalphotos.net

Comment retrouver un sommeil réparateur ?

Lorsque l’on parle de sommeil avec son entourage, on se rend vite compte que de nombreuses personnes se plaignent de ne pas avoir un sommeil suffisamment réparateur.

Cela se manifeste bien souvent par une fatigue présente parfois dès le réveil et qui à un fort impact sur la vie quotidienne.

Beaucoup se demandent alors comment améliorer la situation sans trop savoir quoi faire.

Je vous propose donc de découvrir tout de suite quelques astuces simples à mettre en application pour retrouver un sommeil réparateur rapidement.

retrouver un sommeil réparateur

Comment retrouver un sommeil réparateur ?

Dormez suffisamment…

Comment faire pour avoir un sommeil réparateur ?

Lorsque notre sommeil n’est pas suffisamment réparateur, la première chose à faire est d’essayer de respecter votre rythme circadien.

Pour cela, analysez les moments où le sommeil à tendance à se manifester le plus, et, au contraire, les moments ou vous vous sentez plein d’énergie.

Vivre selon votre rythme naturel vous permettra de vous sentir mieux et de bénéficier d’un sommeil de bien meilleure qualité.

Autre point important : stimulez votre sécrétion de mélatonine, l’hormone du sommeil.

Pour cela, dès que vous allez vous coucher, plongez vous dans l’obscurité totale.

Dans le même esprit, environ une heure avant d’aller au lit, évitez la lumière forte au maximum.

Retrouver un sommeil réparateur grâce à une meilleure organisation

Vous pouvez également mettre en place une routine du sommeil.

Identique chaque jour, elle permettra à votre corps de savoir à quel moment vous allez aller vous coucher et celui-ci saura qu’il est donc temps de sécréter l’hormone du sommeil au maximum.

Enfin, n’hésitez pas à vous relaxer pour évacuer toute la tension accumulée au cours de la journée.

Votre sommeil sera alors de bien meilleure qualité et vous retrouvez un sommeil réparateur en très peu de temps.

Le sommeil réparateur : un élément essentiel

Comme vous pouvez le voir, retrouver le sommeil réparateur n’est pas chose bien compliquée.

N’hésitez pas à modifier quelque peu vos habitudes de vie et tout devrait rentrer dans l’ordre très naturellement.

© freedigitalphotos.com

Le sommeil léger : comment retrouver des nuits reposantes

On entend souvent des personnes dire : « j’ai le sommeil léger« , ou « j’ai le sommeil lourd et rien ne pourrait me réveiller« .

Peut être même faites vous partie d’une de ces deux catégories.

Si vous faites partie de la première, il y a fort à parier que vous n’êtes pas entièrement satisfait de votre sommeil.

Impression d’être fatigué dès le réveil, sentiment d’envie de dormir au cours de la journée… les symptômes sont nombreux et bien souvent difficiles à vivre.

Aussi, je vous propose de découvrir ce qui caractérise le sommeil léger et fait que vous ne vous sentez pas reposé, même après une longue nuit.

sommeil leger

Le sommeil léger : comment retrouver des nuits reposantes

Dormez sur vos deux oreilles…

Qu’est ce que l’on appelle le sommeil léger ?

Il faut savoir que le sommeil léger est une phase normal de notre cycle.

En effet, la phase de sommeil léger dure une vingtaine de minutes en générale et survient juste après l’endormissement.

Il s’agit d’un moment ou notre sommeil est encore très fragile et ou nous pouvons nous réveiller au moindre bruit.

Mais pour certaines personnes, le sommeil léger semble durer toute la nuit.

Ces mêmes personnes se plaignent bien souvent d’être réveillée au moindre bruit et à de multiples reprises au cours de la nuit.

Que faire contre le sommeil léger ?

Un sommeil trop léger n’est pas chose facile à vivre au quotidien.

Il engendre bien souvent une forte fatigue et joue un rôle négatif sur la vie quotidienne.

Heureusement, quelques petites astuces peuvent vous aider à lutter contre le sommeil léger.

Tout d’abord, assurez-vous de dormir dans l’obscurité totale, surtout si votre lit est disposé en face de la fenêtre.

Ensuite, évitez tout ce qui peut créer un bruit dans votre chambre.

Les réveils, les appareils qui émettent un petit ronflement, etc…

Enfin, essayez au maximum de vous protéger des nuisances sonores d’une manière générale.

N’hésitez pas pour cela à porter des bouchons d’oreilles, qui vous permettront d’atténuer les bruits environnants.

Retrouvez une bonne qualité de sommeil

Même s’il n’est pas grave, le sommeil léger n’est pas très agréable.

N’hésitez donc pas à modifier un peu vos habitudes de vie pour améliorer la qualité de vos nuits.

© freedigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article

Somniloquie : quelles sont les causes ?

Je vous parlais il y a quelques jours de cela de la somniloquie.

Pour rappel, il s’agit du fait de parler en dormant.

Assez troublant, parfois gênant, ce phénomène n’en reste pas moins très courant.

Mais quelles en sont les causes ?

Il est important de les connaitre afin de parvenir à se débarrasser de la somniloquie.

En effet, aucun traitement n’existe.

Il est donc essentiel d’en exterminer la cause !

somniloquie causes

Somniloquie : quelles sont les causes ?

Ne parlez plus en dormant…

Les causes de la somniloquie en détail

Selon diverses recherches, la somniloquie pourrait venir en partie d’une prédisposition génétique, tout comme le somnanbulisme.

Cependant, certains facteurs contribuent au déclenchement des crises.

C’est le cas par exemple de la fatigue intense.

Vous avez beaucoup plus de risques de parler pendant votre sommeil lorsque vous êtes fatigué, débordé de travail.

De même, lorsque l’on est souffrant, fiévreux, la somniloquie se fait plus fréquente.

Il n’est pas rare de voir des personnes en pleine grippe faire une crise de somniloquie au cours de la nuit.

Le stress comme cause de la somniloquie

Autre facteur très important dans le déclenchement de la somniloquie : le stress.

En effet, il s’agit sans aucun doute du facteur le plus fréquemment rencontré.

Si vous traversez une période de soucis, de problèmes angoissants, que ce soit au travail, dans votre vie personnelle ou familiale, vous vous exposez fortement à la somniloquie.

La somniloquie, lorsque l’on y est prédisposé, possède donc de nombreux facteurs de déclenchement.

Si vous avez tendance à en souffrir, essayez donc d’agir en vous couchant un peu plus tôt lorsque vous êtes fatigué.

Essayez de résoudre au plus vite vos problèmes au lieu de les laisser trainer.

Se débarrasser de la somniloquie

Vaincre la somniloquie n’est pas chose aisée.

Cependant, en vous appliquant à mieux gérer votre quotidien, vous pourrez diminuer largement les manifestations et retrouver un sommeil serein.

© freedigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article

Les terreurs nocturnes chez l’adulte : un phénomène inquiétant

Lorsque l’on pense aux terreurs nocturnes, on pense systématiquement au phénomène qui touche couramment les enfants.

En effet, à un certain âge, elles sont très courantes et n’ont absolument rien d’inquiétant.

Mais les terreurs nocturnes ne se manifestent pas uniquement chez les plus jeunes.

De plus en plus d’adultes sont concernés par ce trouble du sommeil qui peut très vite s’avérer handicapant.

Aujourd’hui, j’ai donc décidé de vous en dire un peu plus sur la terreur nocturne chez l’adulte et de vous aider à comprendre l’importance de ce trouble.

terreur nocturne chez l'adulte

Les terreurs nocturnes chez l’adulte : un phénomène inquiétant

Dormez en toute tranquillité…

Pourquoi la terreur nocturne chez l’adulte ?

Dans bien des cas, les terreurs nocturnes se manifestent chez des adultes sujets à l’anxiété.

Il n’est pas rare en effet de constater leur apparition alors que la personne traverse une période difficile ou une dépression.

Différentes des rêves et des cauchemars, les terreurs nocturnes se manifestent en dehors de la phase de sommeil paradoxale, période ou nous rêvons le plus habituellement.

On les rencontre plutôt en plein sommeil profond, alors que notre corps est en principe en repos intense.

Elles provoquent un sentiment d’anxiété et ont un impact fort sur la qualité de vie.

En effet, la personne qui souffre de terreurs nocturnes appréhende bien souvent le moment du coucher et ressent une peur à l’idée d’être confrontée à nouveau à l’angoisse.

Mieux comprendre les terreurs nocturnes pour mieux accompagner

Bien souvent, la personne qui connait les terreurs nocturnes se sent incomprise.

Trop couramment, ce phénomène est confondu avec le cauchemar et il n’est pas rare d’entendre les proches répondre : « ce n’est pas si grave, moi aussi j’ai très souvent des cauchemars ».

Pourtant, la terreur nocturne est beaucoup plus intense, pouvant entrainer des cris de paniques en plein sommeil, une forte accélération des battements cardiaques voire même du somnambulisme.

Il est donc important de bien distinguer le cauchemar de la terreur nocturne et de savoir accompagner les proches qui en souffrent.

Terreurs nocturnes et traitement

Fort heureusement, les terreurs nocturnes ne sont pas une fatalité.

Il est tout à fait possible de recevoir une aide précieuse et de régler le problème rapidement.

Je reviendrai dessus dans un prochain article.

© freedigitalphotos.net

Somnolence au volant : comment lutter ?

Lorsque l’on souffre de somnolence, certaines actes du quotidien peuvent très vite s’avérer très compliqués, voire dangereux.

Parmi eux, la conduite arrive sans aucun doute en tête de liste.

En effet, la somnolence au volant est la cause de très nombreux accidents de voiture chaque année, dont une grande partie sont mortel.

Il est donc très important d’apprendre à lutter contre ce phénomène et de découvrir les bons gestes à avoir pour bien réagir face à la somnolence du conducteur.

Je vous invite donc tout de suite à découvrir les bons réflexes pour lutter contre la somnolence au  volant.

somnolence au volant

Somnolence au volant : comment lutter ?

Conduisez en toute sécurité…

Que faire contre la somnolence au volant ?

La plupart des personnes, lorsqu’elles souffrent de somnolence au volant, n’ont pas les bons réflexes.

En effet, rares sont les conducteurs qui prennent leur état suffisamment au sérieux.

Bien souvent, la hâte d’arriver à destination l’emporte et entraine le conducteur à poursuivre sa route.

Pourtant, la meilleure solution pour vaincre la somnolence au volant est de s’accorder une pause.

Prenez quelques instants, arrêtez vous sur le bord de la route puis dormez quelques minutes.

Cela est la meilleure solution pour recharger vos batteries et terminer votre route en toute sécurité.

De petites astuces pour vaincre la fatigue au volant

Si vraiment vous ne pouvez pas vous arrêter, quelques petites astuces peuvent vous aider à rester éveillé jusqu’à la prochaine occasion de s’arrêter.

Par exemple, n’hésitez pas à ouvrir votre fenêtre.

Un peu d’air frais a tendance à garder en éveil.

De plus, essayez au maximum de discuter ou de mettre une musique entrainante.

En mettant votre cerveau en activité, cela vous aidera à lutter contre le sommeil.

Enfin, la meilleure solution est sans aucun doute d’anticiper son départ et de ne jamais prendre la route en état de fatigue !

Vaincre la somnolence au volant

Ces dernières petites astuces ne vous aideront qu’à patienter jusqu’à une aire de repos qui vous permette de vous reposer.

Un peu de sommeil est la seule solution pour reprendre la route en toute sécurité !

© freedigitalphotos.net

Narcolespsie : symptômes décryptés

La narcolepsie est un trouble dont les symptômes peuvent très vite s’avérer inquiétants.

Sans savoir exactement de quoi l’on souffre, cette maladie du sommeil étant beaucoup trop peu reconnue, il n’est pas rare d’en subir une grande angoisse.

Aussi, je vous invite, dans ce nouvel article, à découvrir les différents symptômes de la narcolepsie.

Loin d’être anodins et de passer inaperçus, ils envahissent très vite la vie quotidienne.

narcolepsie symptomes

Narcolespsie : symptômes décriptés

Apprenez à reconnaitre les signes de la narcolepsie

Les symptômes de la narcolepsie en détail

Le principal symptôme, mais aussi le plus connu, est la survenue d’une envie de dormir subite, à presque n’importe quel moment de la journée.

Peu à peu, cette envie de dormir devient si forte que rester éveillé, peu importe les efforts réalisés, devient totalement impossible.

La personne n’a d’autre choix que de s’accorder un petit moment de repos, peu importe où elle se trouve.

Le plus souvent, et surtout au début de la maladie, le besoin de dormir se manifeste dès que la personne n’est pas suffisamment stimulée, c’est à dire pendant une période d’ennui ou un travail ne demandant aucun effort physique.

Mais un autre symptôme fréquent est pourtant très peu connu.

Celui des réveils nocturnes.

En effet, la plupart des narcoleptiques se plaignent de mal dormir la nuit, de ne pas suffisamment se reposer et de se réveiller fatigué.

Narcolepsie : des symptômes surprenants

D’autres symptômes peuvent se manifester mais de manière plus rare.

C’est le cas de la cataplexie.

Il s’agit d’une forte baisse du tonus musculaire qui entraine parfois une chute.

Ce trouble se manifeste surtout dans le cas d’une émotion, d’une surprise.

La paralysie du sommeil s’avère également très impressionnante.

Elle conduit la personne à ne plus pouvoir bouger son corps durant quelques secondes et est souvent source de grande angoisse.

Mieux connaitre la narcolepsie

Si certains symptômes de la narcolepsie sont impressionnants et angoissants, ils sont pourtant sans aucun danger.

Il ne faut donc pas s’affoler outre mesure et prendre son mal en patience lorsqu’une crise arrive.

© freedigitalphotos.net

 

Sommeil excessif : causes et explications

Le sommeil excessif, même s’il peut paraitre très alléchant pour les personnes qui souffrent d’insomnie, est très difficile à vivre.

S’endormir au cours de la journée, avoir sans cesse le sentiment d’être fatigué, ne pas avoir l’énergie souhaitée, ne pas pouvoir sortir le soir…

La liste des conséquences négatives d’un sommeil excessif sont très longues.

Aussi, j’ai décidé de vous les exposer aujourd’hui pour vous aider à mieux comprendre d’où viennent vos troubles du sommeil.

sommeil excessif causes

Sommeil excessif : causes et explication

Comprenez mieux le fonctionnement de votre corps…

Quelles sont les causes du sommeil excessif ?

Les causes du sommeil excessif sont parfois très difficiles à identifier et il est donc dure de savoir comment agir pour changer les choses.

Parmi les plus répandues figure l’apnée du sommeil.

En créant des pauses respiratoires, l’apnée du sommeil compromet sérieusement la qualité de votre sommeil.

Vous êtes sujet à des micros réveils très répétitifs, vous n’atteignez par toujours la phase de sommeil profond et vivez donc avec une dette de sommeil qui ne fait que s’accroître.

Mais un sommeil excessif, également appelé hypersomnie, peut également être causé par un état dépressif.

En effet, il n’est pas rare que des somnolences se manifestent lors d’une période de dépression.

Dans ce cas, un traitement de fond pourra améliorer la situation et le sommeil excessif disparaitra avec l’état de dépression.

Les autres causes du sommeil excessif

Le sommeil excessif peut également provenir de certaines carences en vitamines et minéraux.

Une supplémentation, associée à une alimentation équilibrée et un exercice physique suffisant, permettent alors de régler le problème rapidement.

Enfin l’hypersomnie peut trouver sa source dans une pathologie non détectée.

En effet, elles sont nombreuses à créer un effet de somnolence.

C’est le cas par exemple de l’hypothyroïdie, de l’insuffisance surrénalienne ou encore de certaines causes neurologiques infectieuses.

Quoi qu’il en soit, le sommeil excessif, lorsqu’il n’a aucune cause telles qu’un retard de repos par exemple, est un trouble qui doit être pris au sérieux.

N’hésitez pas à en parler à votre généraliste lors de votre prochaine consultation.

Vaincre le sommeil excessif

Je vous rassure, vaincre le sommeil excessif est tout à fait possible.

Dans bien des cas, il suffit d’un traitement simple pour que les choses rentrent dans l’ordre.

© freedigitalphotos.net

 

Recherches d'accès à cet article