Vous êtes somniloque ? Pourquoi ?

Nous avons déjà eu l’occasion de parler du phénomène de la somniloquie.

Rappelez-vous, il s’agit du fait de parler pendant son sommeil sans pour autant en être conscient.

Chez l’enfant, la somniloquie n’a rien d’exceptionnel.

De nombreux enfants parlent en dormant sans pour autant que cela soit troublant ou inquiétant.

Cela s’estompe souvent avec l’âge, pour disparaitre au moment de la puberté.

Mais la somniloquie peut également perdurer à l’âge adulte.

Plus rare, ce phénomène peut avoir plusieurs explications.

Je vous propose donc de les découvrir tout de suite afin de mieux comprendre le phénomène.

somniloque

Vous êtes somniloque ? Pourquoi ?

Dormez en silence…

Somniloque ? Mais pourquoi moi ?

Voilà ce que se demande bon nombre de personnes souffrant de somniloquie.

Pour expliquer ce phénomène, il faut en premier lieu s’intéresser au stress.

En effet, pour bien des cas, la somniloquie est l’expression d’un état de stress important.

Ainsi, les crises se manifestent le plus souvent en période de tension, d’angoisse.

Même si les paroles prononcées n’ont aucun lien avec les soucis rencontrés au cours de la journée, la somniloquie est bien souvent l’expression de l’inconscient, des émotions refoulées au cours de la journée.

Être somniloque, c’est grave ?

Comme je vous le disais, le fait d’être somniloque ne présente aucun impact sur la santé.

La plupart du temps, le somniloque ne se réveille pas lorsqu’il parle en dormant et cela ne trouble que très peu son sommeil.

Par contre, lorsque la somniloquie commence à troubler la qualité du sommeil, il est important de s’en soucier.

En effet, des réveils nombreux et répétitifs peuvent créer des troubles du sommeil importants et avoir un impact non négligeable sur la santé.

Je vous donne donc rendez-vous dans un prochain article pour voir ensemble les traitements envisageables pour vaincre la somniloquie.

Somniloque et bien dans son sommeil

Si la somniloquie ne vous dérange pas et ne trouble pas trop le sommeil de votre partenaire, pas d’inquiétude.

© freedigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article