Le sommeil chez la personne âgée

Tout au long de notre vie, notre sommeil évolue.

En effet, si nous dormons beaucoup lorsque nous sommes enfant, notre quantité de sommeil a tendance à fortement diminuer au fur et à mesure que nous prenons de l’âge.

Vers 50 ans, celle-ci diminue même de façon très significative.

C’est ainsi que chez la personne âgée, de nombreuses difficultés de sommeil peuvent se présenter.

C’est d’ailleurs ce que je vous propose de découvrir tout de suite à travers ce court article.

sommeil personne âgée

Le sommeil chez la personne âgée

Bien dormir à tout âge…

Personne âgée et sommeil : parfois difficile

Plus on prend de l’âge, plus notre sommeil est superficiel.

En effet, nous avons de plus en plus de mal, au fil des années, à atteindre la phase de sommeil profond.

Celle-ci s’avère plus courte, plus épisodique, et offre au corps une moins bonne capacité de récupération.

Cette dégradation du sommeil profond est notamment l’une des causes de fatigue chez les personnes âgées.

Les réveils se font également de plus en plus nombreux, de même que les changements de phases.

Il n’est ainsi pas rare d’entendre des personnes âgées se plaindre d’avoir un sommeil de mauvais qualité.

Comprendre le sommeil chez la personne âgée

Un autre phénomène se manifeste également : le sommeil se présente de plus en plus tôt dans la journée.

Ainsi, une personne qui a eu l’habitude de se coucher toujours vers 23 h, arrivée à un certain âge, pourra avoir besoin de dormir vers 21 h.

Ce phénomène est tout à fait normal mais n’est parfois pas très bien vécu.

Pourtant, il est important de respecter ce nouveau rythme naturel et de s’organiser pour se coucher plus tôt, dès que les premiers signes du sommeil se font ressentir.

De cela dépend une bonne récupération et une meilleure forme tout au long de la journée.

S’adapter au rythme de sommeil pour la personne agée

L’essentiel, pour bien dormir malgré l’âge, est de savoir s’adapter à ce nouveau rythme et à ces nouveaux besoins.

Pas de panique, ce n’est pas parce que l’on avance en âge que l’on est condamné à mal dormir !

© freedigitalphotos.net

 

Maladies du sommeil : quels symptômes ?

Il existe un très grand nombre de maladies liées à notre sommeil.

Bien que l’insomnie, qu’elle soit de début de nuit, de milieu ou encore du matin, est la plus répandue, elle n’est malheureusement pas la seule à agir de manière négative sur la qualité de nos nuits.

Il est donc important d’apprendre quels sont les principaux symptômes liés aux maladies du sommeil, afin de pouvoir réagir rapidement et traiter avant que le problème ne s’installe.

Car, en effet, plus les troubles du sommeil durent longtemps, plus il devient difficile de les réguler.

Je vous propose donc de découvrir tout de suite quels sont les principaux symptômes des maladies du sommeil.

maladie du sommeil symptome

Maladies du sommeil : quels symptômes ?

 

Apprenez pour mieux comprendre…

Savoir reconnaitre les symptômes d’une maladie du sommeil

L’un des symptômes les plus répandus est bien entendu la fatigue.

Au fil du temps et des nuits de mauvaise qualité, celle-ci s’installe peu à peu, prenant de l’importance de jour en jour.

Il n’est pas rare, chez les personnes atteintes de maladies du sommeil, de rencontrer une fatigue chronique, qui n’est soulagée par aucun traitement.

Des maux de tête sont très souvent associés.

Même une bonne nuit de repos semble ne rien n’y faire et cette fatigue se fait en principe ressentir dès le matin au réveil.

Seul un traitement en profondeur pourra guérir la maladie liée au sommeil et ainsi en soulager la fatigue associée.

Des troubles variés et handicapants

Le manque de concentration, la nervosité, l’angoisse, voire parfois la dépression sont également souvent rencontrés dès qu’il s’agit des maladies du sommeil.

Même une personne particulièrement enjouée au naturel peut très vite devenir difficile à vivre lorsqu’elle souffre d’un trouble du sommeil.

Bien entendu, on retrouve également les symptômes classiques, tels que les difficultés à s’endormir, les réveils nocturnes parfois très nombreux, les cauchemars, la somnolence…

Les maladies du sommeil sont liées à de nombreux troubles qu’il vaut mieux savoir interpréter rapidement.

Connaitre les symptômes pour mieux agir

Dans tous les cas, lorsque vous ressentez des symptômes inquiétants, parlez-en au plus vite à votre médecin qui saura faire le point avec vous et vous orienter vers des examens appropriés.

© freedigitalphotos.net

Découvrez les vertus du miel pour dormir

Nous le savons depuis très longtemps, le miel renferme de très nombreuses vertus.

Il est d’ailleurs utilisé depuis la nuit des temps pour ces diverses propriétés.

La plus répandue aujourd’hui est sans aucun doute son effet apaisant sur les maux de gorge.

En effet, qui ne prend pas une cuillère de miel, une tisane ou encore un lait chaud sucré au miel dès les premiers symptômes du rhume ?

Depuis quelques temps, ses bienfaits sur notre peau sont également reconnus et très largement utilisés.

Mais le miel est bien loin de s’arrêter là !

Il est en effet très efficace pour nous aider à mieux dormir.

les vertues du miel

Découvrez les vertus du miel pour dormir

Régalez-vous et dormez mieux…

Comment expliquer les vertus du miel pour dormir ?

La première chose qui rend le miel efficace sur la qualité de notre sommeil est le fait qu’il nous aide à produire de la mélatonine.

En effet, en agissant sur notre taux de sucre dans le sang, il conduit indirectement à la production de mélatonine.

Et, vous le savez maintenant, la mélatonine est un remède tout particulièrement efficace pour traiter les difficultés liées au sommeil.

Elle contribue en effet à trouver plus facilement le sommeil profond mais favorise également l’endormissement.

En mangeant du miel, vous vous endormez donc plus vite et vous atteignez plus facilement le sommeil profond.

Les vertus du miel contre le stress

Autre point important : le miel est un très bon anti-stress.

En effet, quelques cuillères à café de miel peuvent nous aider très fortement à vaincre nos angoisses, à ne plus nous sentir stressé.

Il nous aide en effet à réduire notre production d’hormone du stress.

C’est pourquoi de nombreuses personnes, lorsqu’elles sont stressées, ont spontanément envie de plonger une cuillère dans leur pot de miel et de se délecter !

Ceci est un très bon réflexe, qui peut aider très vite à se sentir mieux.

Vaincre l’insomnie avec le miel

Tout aussi agréable qu’efficace, le miel est donc un aliment très bon pour notre santé.

Certes sans en abuser, il est recommandé d’en consommer très régulièrement.

N’hésitez donc pas à ravir vos papilles !

© freedigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article

Un sirop pour le sommeil de bébé

Il n’est pas toujours facile de faire dormir un jeune enfant.

Bon nombre de parents connaissent les nuits emplies de pleurs incessants, ne trouvant pas la solution pour soulager leur nourrisson.

Bien qu’il n’y ait rien d’anormal à ce qu’un bébé connaisse des difficultés à gérer son sommeil, la fatigue peut très vite se faire ressentir pour les parents.

Il peut donc être intéressant de trouver une solution à la fois douce et efficace pour aider bébé à dormir.

Lui donner un sirop pour le sommeil serait-il une bonne idée ?

sirop sommeil bébé

Un sirop pour le sommeil de bébé

Accompagnez bébé vers un bon sommeil…

Sirop pour le sommeil de bébé : bonne ou mauvaise idée ?

Bien évidemment, donner un sirop à un bébé dans le but de le faire dormir purement et simplement n’est pas une bonne idée.

L’organisme d’un tout jeune enfant est très fragile, sans compter que le bébé a besoin de temps pour trouver le rythme de sa toute nouvelle vie.

Cependant, diverses solutions peuvent aider et accompagner bébé dans sa régularisation, sans pour autant présenter de risque.

Cela est surtout vrai lorsque le bébé présente un comportement particulièrement agité et qu’il ne parvient pas à accumuler suffisamment d’heures de sommeil sur la journée entière.

Quelques solutions homéopathiques peuvent apporter un soutien précieux sans présenter de risque.

Adapter le sirop aux besoins de bébé

Bien souvent, bébé n’arrive pas à se détendre suffisamment, restant sous l’emprise du stress accumulé durant la journée.

Il n’arrive donc pas à s’endormir et peut en arriver à pleurer longuement.

Pour l’aider, un sirop homéopathique peut lui amener la détente nécessaire, en l’apaisant au moment du coucher.

Il arrive également que le sommeil de bébé soit perturbé par les fameuses coliques du nourrisson.

Dans ce cas, un traitement de ce trouble fréquent aidera bébé à dormir plus facilement, le libérant de la douleur.

Donner un sirop pour le sommeil à bébé : oui mais sous certaines conditions

Donner un sirop pour faire dormir bébé n’est pas une solution en soi.

Dans tous les cas, parlez-en à son médecin.

Lui seul saura apporter une solution satisfaisante.

© freedigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article

Ménopause et troubles du sommeil

Entre 45 et 65 ans, aucune femme n’y échappe.

La ménopause, si peu réjouissante soit-elle, est un passage obligé que de nombreuses femmes redoutent.

Il faut dire qu’elle est bien souvent lourde de symptômes et qu’elle se manifeste de diverses manières.

Parmi les troubles les plus répandus figurent bien entendu les fameuses bouffées de chaleur et la prise de poids.

Mais d’autres symptômes peuvent également se manifester.

Les troubles du sommeil en font partie et de nombreuses femmes sont d’ailleurs touchées.

Je vous propose donc de voir tout de suite comment la ménopause peut agir sur la qualité de vos nuits.

menopause troubles du sommeil

Ménopause et troubles du sommeil

Retrouvez un bon sommeil

Ménopause et troubles du sommeil : comment se manifestent-ils ?

Bien souvent, les troubles du sommeil liés à la ménopause se manifestent par une insomnie.

Qu’elle soit totale, d’endormissement, de milieu de nuit ou du petit matin, l’insomnie est en effet un trouble bien connu de toutes les femmes en période de ménopause.

Ce sont les changements hormonaux qui sont à l’origine de ces troubles et qui agissent négativement sur la qualité de vos nuits.

Les insomnies peuvent également être liées aux bouffées de chaleur, qui se manifestent d’ailleurs très souvent la nuit.

La femme est éveillée par un fort sentiment de chaleur, se découvre, se lève même parfois, et ne parvient plus à se rendormir.

Traiter les troubles du sommeil liés à la ménopause

Il faut savoir que les traitements traditionnellement utilisés dans le cadre de l’insomnie ont très peu d’effet lorsque celle-ci est causée par la ménopause.

L’hormonothérapie s’avère quant à elle très efficace.

En compensant le déséquilibre hormonal créé par la ménopause, la femme se trouve par la même occasion soulagée des différents symptômes liés.

Adopter une bonne hygiène de vie, faire du sport, mangez léger le soir et buvez suffisamment.

Ces quelques petits précautions peuvent vous aider à retrouver de meilleures nuits rapidement.

Mieux dormir malgré la ménopause

Dans tous les cas, n’hésitez pas à parler de vos problèmes de sommeil à votre médecin.

Lui seul sera à même de vous apporter des conseils personnalisés.

© freedigitalphotos.net

Arrêt du tabac et insomnie : quel lien ?

Lorsque l’on fume depuis quelques années déjà et que l’on décide d’arrêter, certains symptômes peuvent apparaitre très rapidement.

Il faut savoir qu’il ne s’agit que d’une courte période qui ne doit en aucun cas remettre en cause votre bonne résolution.

Pourtant, ils peuvent vite s’avérer handicapants.

C’est ainsi que de nombreuses personnes prennent beaucoup de poids, notamment en raison d’un phénomène de compensation via les aliments.

L’insomnie figure également parmi les symptômes liés à l’arrêt du tabac.

Je vous propose donc de découvrir tout de suite quel est le lien entre ces deux phénomènes.

arret tabac insomnie

Arrêt du tabac et insomnie : quel lien ?

Retrouvez un bon sommeil malgré l’arrêt du tabac…

Quel est le lien entre insomnie et arrêt du tabac ?

L’insomnie est un trouble que de nombreuses personnes en sevrage tabagique rencontrent.

Il faut savoir que le fait de fumer agit sur notre système nerveux.

Le tabac étant une drogue, le fait d’en priver notre corps engendre différentes manifestations, dont les difficultés à trouver le sommeil.

C’est le manque de nicotine qui provoque les difficultés à dormir.

Votre corps est en manque et il manifeste tout simplement son mécontentement.

Comment vaincre l’insomnie provoquée par l’arrêt du tabac ?

Heureusement, comme pour tous les troubles liés à l’arrêt du tabac, l’insomnie peut être solutionnée par la prise d’un substitut.

C’est ainsi que les patchs et les gommes nicotiniques offrent d’excellents résultats.

Chez de nombreuses personnes, les problèmes d’insomnie sont réglés en quelques jours seulement.

Adopter une bonne hygiène de vie peut également vous aider.

Prenez de l’activité physique, surveillez votre alimentation de près.

En vivant sainement, vous améliorerez fortement la qualité de votre sommeil.

Arrêter de fumer et bien dormir

Je vous rassure tout de suite, comme pour tous les symptômes liés à l’arrêt du tabac, l’insomnie n’est que passagère.

En aucun, vous ne devez vous laisser décourager !

© freedigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article

Pratiquer le cododo avec bébé : quels dangers ?

Je vous parlais il y a quelques jours de cela du cododo avec bébé et des différents bienfaits que chacun peut en retirer.

Je vous propose aujourd’hui de revenir sur ce sujet très important.

Car en effet, même si chez certains cette pratique s’impose tout naturellement, même si elle permet de conserver un meilleur sommeil pendant les premiers mois de bébé, elle n’est pas sans risque, loin de là !

En effet, le cododo, s’il n’est pas pratiqué dans de bonnes conditions, pourrait très rapidement s’avérer dangereux.

Voyons donc tout de suite ensemble les dangers du cododo avec bébé.

cododo bébé

Pratiquer le cododo avec bébé : quels dangers ?

Dormez avec bébé en toute sécurité…

Le cododo avec bébé : une pratique non sans risque

Selon une étude récente menée en Angleterre, les bébés âgés de moins de trois mois qui dorment dans le lit de leurs parents auraient 5 fois plus de risques de décéder de la mort subite de nourrisson que ceux qui dorment seuls dans leur lit.

En effet, si les précautions nécessaires ne sont pas prises, divers dangers peuvent se présenter au cours de la nuit : étouffement dans les oreillers, dans la couette ou même par l’un des parents qui se retourne en dormant, chute,etc.

De nombreux cas ont déjà été répertoriés et de plus en plus, les recommandations de couchage fournies aux parents alertent sur ces dangers possibles.

Pratiquer le cododo avec bébé mais pas n’importe comment

Si l’on souhaite pratiquer le cododo avec son jeune enfant, il est donc important de prendre quelques précautions.

La première est de s’assurer que l’enfant ne pourra pas glisser sous la couette au cours de la nuit.

Pour cela, n’hésitez pas à utiliser un coussin d’allaitement.

Il protégera en outre bébé des autres risques d’étouffement tels que les parents profondément endormis ou encore les oreillers.

Evitez également de prendre des somnifères qui diminuerons votre niveau de vigilance.

Aider bébé avec le cododo

Même si il peut être dangereux s’il n’est pas pratiqué dans de bonnes conditions, le cododo reste cependant un moment privilégié autant pour les parents que pour l’enfant.

Ne vous en privez donc pas si vous le souhaitez et prenez les précautions nécessaires pour que tout se passe pour le mieux.

© freedigitalphotos.net

Combattre le jet lag, comment faire ?

Le jet lag, c’est le décalage horaire que nous subissons de manière incontournable lorsque nous voyageons à l’étranger.

Plus notre pays de destination est lointain, plus le jet lag est important.

Pour bien des personnes, il s’agit d’un véritable problème qui agit gravement sur leur sommeil et qui les empêchent littéralement de profiter de leur voyage, qu’il soit professionnel ou d’agrément.

Heureusement, ce souci peut facilement être anticipé et corrigé si l’on s’y prend suffisamment tôt.

Je vous propose donc de découvrir aujourd’hui comment combattre le jet lag.

combattre le jet lag

Combattre le jet lag, comment faire ?

Profitez enfin de vos voyages…

Comment faire pour combattre le jet lag ?

Pas besoin de grand traitement ni de grandes précautions…

Quelques petites astuces simples peuvent vous aider à combattre le jet lag et à conserver un sommeil de qualité, même à l’étranger.

Tout d’abord, si votre pays de destination vous demande de vous coucher beaucoup plus tard que ce que vous demande votre horloge biologique, pratiquez un sport le soir.

En effet, cela retardera fortement votre endormissement et vous permettra de vous adapter plus facilement à vos nouveaux horaires, tout en faisant du bien à votre corps.

Adaptez également votre alimentation et jouez sur les boissons.

Si vous devez avancer l’heure de votre coucher, préférez des boissons calmantes telles que les infusions.

Si au contraire, vous devez vous coucher plus tard, privilégiez les boissons riches en caféine.

Combattre le jet lag par l’anticipation

Autre point important : dès le moment ou vous montez dans l’avion, changez l’heure de votre montre et adoptez l’heure du pays de destination.

Cela vous permettra de vous conditionner psychologiquement et vous serez alors plus à même d’affronter vos nouveaux rythmes de vie.

Enfin, si cela est possible essayez, si un événement important est programmé au cours de votre voyage, d’anticiper votre départ.

Ne partez pas la veille afin de laisser à votre corps le temps de reprendre un rythme avant de subir un stress.

Comment combattre le jet lag ?  Par l’organisation

L’organisation est sans aucun doute le mot clé pour combattre le jet lag.

N’hésitez donc pas à préparer votre voyage un bon moment à l’avance afin d’en limiter les conséquences sur votre organisme et votre sommeil.

© freedigitalphotos.net

Découvrez ce qu’est l’hypopnée du sommeil

On parle très couramment du syndrome de l‘apnée du sommeil et de ses nombreux effets néfastes sur notre santé.

Il s’agit en effet d’un trouble lourd en conséquence sur notre vie quotidienne et il est donc important de le prendre en charge rapidement.

Un autre phénomène est quant à lui moins connu mais pourtant tout aussi handicapant.

Il s’agit de l’hypopnée du sommeil.

Je vous propose donc de le découvrir plus en détail tout de suite et de connaitre mieux ses manifestations.

hypopnées du sommeil

Découvrez ce qu’est l’hypopnée du sommeil

Retrouvez des nuits sereines…

Qu’est ce que l’hypopnée du sommeil ?

Le phénomène d’hypopnée du sommeil correspond à une respiration de mauvaise qualité au cours de la nuit.

En effet, on parle d’hypopnée quand une réduction du passage de l’air est constaté lors des mouvements de respiration.

Celui-ce se manifeste pendant au moins 10 secondes d’affilée et est associé à une lutte de patient pour respirer.

L’hypopnée du sommeil est donc une obstruction partielle des voies respiratoires.

Moins connue que l’apnée, elle est pourtant difficile à vivre au quotidien et peut s’avérer très perturbante pour la qualité du sommeil.

Comment identifier l’hypopnée du sommeil ?

Même si seul un examen médical approfondi peut amener à poser le diagnostic de l’hypopnée du sommeil, quelques symptômes peuvent aider le patient à identifier ce syndrome.

Une personne qui souffre d’hypopnée ressent une forte perte d’énergie durant la journée.

Il n’est d’ailleurs pas rare qu’elle se sente fatiguée dès le réveil et que ce sentiment la suivre tout au long de la journée.

Elle peut même être victime de somnolence excessive et de nervosité.

L’hypopnée du sommeil entraine également des difficultés de concentration ainsi que des changements d’humeur et de comportements injustifiés.

Prendre au sérieux l’hypopnée du sommeil

L’hypopnée du sommeil est un phénomène à traiter rapidement et à prendre au sérieux.

Je vous propose donc de revenir très prochainement sur le sujet.

© freedigitalphotos.net

Mal de dos : comment dormir ?

Lorsque l’on a mal au dos, s’endormir peut très vite devenir une épreuve de force.

Toutes les positions sont douloureuses, on ne peut pas bouger… sans compter que le simple fait d’être allongé contribue bien souvent à accentuer la douleur.

Pour faire face au mieux à ces moments difficiles, il est important de connaitre quelques astuces simples à mettre en place.

Je vous propose donc tout de suite de découvrir comment dormir mieux malgré le mal de dos.

mal de dos comment dormir

Mal de dos : comment dormir ?

Dites non aux nuits douloureuses…

Comment dormir avec le mal de dos ?

Lorsque nous sommes profondément endormi, la douleur ne se fait plus sentir.

Mais encore faut il réussir à trouver le sommeil

Et ne pas voir la douleur se réactiver lors d’un micro-réveil

Heureusement, il est possible d’améliorer son confort avec peu d’efforts.

Tout d’abord, il est essentiel de dormir avec la tête bien calée.

Le choix de l’oreiller est donc très important.

Il est fortement conseillé de choisir un oreiller dit ergonomique, qui vous assurera un bon maintien des vertèbres cérébrales et ainsi, une bonne position du dos.

Il en existe divers modèles afin de répondre à toutes les attentes.

N’hésitez donc pas à vous rendre en boutique spécialisée ou vous pourrez recevoir de précieux conseils.

Mal de dos : bien dormir grâce à la chaleur

Si vos douleurs sont d’origine musculaire, elles auront tendance à être soulagée par la chaleur.

Il est donc conseillé de prendre un bon bain chaud juste avant d’aller se coucher.

Cela permettra en outre de vous détendre et de vous relaxer.

Il existe également des patchs chauffants à disposer directement sur la zone douloureuse.

Mis en place environ 30 minutes avant le moment du coucher, il offre un soulagement important et permet souvent de beaucoup mieux dormir.

Enfin la position joue également un rôle très important.

Nous y reviendrons donc très prochainement pour y consacrer un sujet entier.

Vaincre le mal de dos pour bien dormir

Les douleurs dorsales ne sont pas faciles à supporter.

Si aucune solution n’est vraiment efficace, n’hésitez pas à prendre un médicament anti douleur pour vous apaiser avant d’aller vous coucher.

© freedigitalphotos.net

Quelle position pour dormir malgré une sciatique ?

La sciatique est un mal courant mais qui peut s’avérer très douloureux.

Elle est bien souvent difficile à supporter, surtout lorsqu’elle a tendance à s’éterniser sur plusieurs jours.

La sciatique peut également jouer un rôle bien négatif sur la qualité de nos nuits.

La douleur se réveiller à chaque mouvement, on ne peut pas dormir comme on le fait habituellement,… bref, dormir avec une sciatique peut vite devenir un vrai parcours du combattant.

Aussi, il est important de trouver quelques astuces pour soulager la douleur durant la nuit.

Pour vous y aider, je vous propose tout de suite de découvrir quelle position adopter pour dormir avec une sciatique.

position pour dormir sciatique

Quelle position pour dormir malgré une sciatique ?

Retrouvez un bon sommeil…

Choisir une position adaptée pour dormir avec une sciatique

Si vous souffrez d’une sciatique, la meilleure position à adopter pour dormir est allongé sur le côté.

Choisissez bien entendu le côté qui s’avère le moins douloureux et installez vous le plus confortablement possible.

Veillez également à avoir sous la tête un bon oreiller, qui vous permette d’avoir un alignement satisfaisant de la colonne vertébrale.

Enfin, placez un coussin ou un deuxième oreiller entre vos  genoux.

Cette petite précaution vous aidera à maintenir une bonne position du bassin et donc de réduire considérablement la douleur.

Dormir sur le dos malgré une sciatique

Cependant, certaines personnes ne supportent pas de dormir sur le côté.

Si tel est votre cas, je vous rassure tout de suite, il est possible de dormir allongé sur le dos, même si cette position sera moins confortable pour votre sciatique.

Commencez par vous allonger bien à plat, avec, une fois encore, un oreiller de bonne qualité sous la tête.

Placez ensuite un deuxième oreiller sous vos genoux afin de les maintenir bien alignés.

Si la position n’est pas confortable, essayez de surélevé légèrement votre buste à l’aide par exemple de quelques coussins placés sous le matelas.

Bien dormir avec la sciatique, c’est possible

J’espère que ces quelques conseils auront été utiles et vous aideront à mieux dormir.

Bien entendu, n’hésitez pas à pendre quelques anti douleurs avant d’aller vous coucher.

© freedigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article

Vous êtes somniloque ? Pourquoi ?

Nous avons déjà eu l’occasion de parler du phénomène de la somniloquie.

Rappelez-vous, il s’agit du fait de parler pendant son sommeil sans pour autant en être conscient.

Chez l’enfant, la somniloquie n’a rien d’exceptionnel.

De nombreux enfants parlent en dormant sans pour autant que cela soit troublant ou inquiétant.

Cela s’estompe souvent avec l’âge, pour disparaitre au moment de la puberté.

Mais la somniloquie peut également perdurer à l’âge adulte.

Plus rare, ce phénomène peut avoir plusieurs explications.

Je vous propose donc de les découvrir tout de suite afin de mieux comprendre le phénomène.

somniloque

Vous êtes somniloque ? Pourquoi ?

Dormez en silence…

Somniloque ? Mais pourquoi moi ?

Voilà ce que se demande bon nombre de personnes souffrant de somniloquie.

Pour expliquer ce phénomène, il faut en premier lieu s’intéresser au stress.

En effet, pour bien des cas, la somniloquie est l’expression d’un état de stress important.

Ainsi, les crises se manifestent le plus souvent en période de tension, d’angoisse.

Même si les paroles prononcées n’ont aucun lien avec les soucis rencontrés au cours de la journée, la somniloquie est bien souvent l’expression de l’inconscient, des émotions refoulées au cours de la journée.

Être somniloque, c’est grave ?

Comme je vous le disais, le fait d’être somniloque ne présente aucun impact sur la santé.

La plupart du temps, le somniloque ne se réveille pas lorsqu’il parle en dormant et cela ne trouble que très peu son sommeil.

Par contre, lorsque la somniloquie commence à troubler la qualité du sommeil, il est important de s’en soucier.

En effet, des réveils nombreux et répétitifs peuvent créer des troubles du sommeil importants et avoir un impact non négligeable sur la santé.

Je vous donne donc rendez-vous dans un prochain article pour voir ensemble les traitements envisageables pour vaincre la somniloquie.

Somniloque et bien dans son sommeil

Si la somniloquie ne vous dérange pas et ne trouble pas trop le sommeil de votre partenaire, pas d’inquiétude.

© freedigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article

Découvrez les éventuels dangers du sommeil polyphasique

Aujourd’hui, je vous propose de revenir sur le sujet du sommeil polyphasique.

Pour rappel, cette technique consiste à répartir son temps de sommeil en plusieurs phases au cours de la journée au lieu de dormir en une seule fois.

Séduisante et étonnante, cette technique de sommeil semble offrir de nombreux avantages.

Mais ne comporte-t-elle pas tout de même des risques pour la santé ?

Quel est son impact sur notre forme ?

C’est ce que je vous propose de découvrir tout de suite.

sommeil polyphasique danger

Découvrez les éventuels dangers du sommeil polyphasique

Dormir en plusieurs fois ou non….

Quels sont les risques du sommeil polyphasique ?

Le principal risque du sommeil polyphasique est justement le manque de sommeil.

Comme je vous le disais, certaines personnes peuvent parfois se contenter, grâce à cette technique, de deux heures de repos quotidien.

Même sans aller jusque là, le sommeil polyphasique réduit fortement le temps de repos sur une journée.

Or, on sait que pour être en bonne santé, nous avons besoin de bénéficier de 7 heures de sommeil par 24 heures.

En dessous, notre corps est en souffrance, une fatigue s’installe, même si nous n’en avons pas conscience.

Notre corps, ainsi privé de sommeil, peut alors être amené à présenter de nombreuses réactions.

Les dangers du sommeil polyphasique en pratique

Autre élément relativement néfaste pour la santé : le sommeil polyphasique conduit à se contenter d’un sommeil peu profond.

Notre corps ne peut pas bénéficier de l’alternance des cycles comme lors d’un sommeil monophasique.

Le repos reste donc bien souvent superficiel, le sommeil profond restant inaccessible.

Les effets sur la santé peuvent donc s’avérer très vite dangereux, surtout lorsque le sommeil polyphasique est pratiqué de manière régulière.

Si vous êtes tenté par cette expérience, il est donc fortement conseillé de réduire votre temps d’expérience à quelques jours.

Pratiquer le sommeil polyphasique sans danger

Dans tous les cas, le sommeil polyphasique peut s’avérer dangereux pour certaines personnes présentant des problèmes de santé particulier.

N’hésitez donc pas à en discuter avec votre médecin avant de vous lancer dans l’expérience.

© freegigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article

Quelle position pour dormir avec un mal de dos

Dormir lorsque l’on souffre du dos est bien difficile.

Peu importe l’endroit ou se situe la douleur, elle s’avère toujours gênante pour le sommeil et joue un rôle bien négatif sur la qualité de nos nuits.

Aussi, il est important de connaitre les bonnes positions à adopter pour soulager le mal de dos la nuit et retrouver un sommeil de bonne qualité.

Je vous propose donc tout de suite de les découvrir ensemble.

position pour dormir mal de dos

Quelle position pour dormir avec un mal de dos

Dormez bien et souffrez moins…

Comment dormir quand on a mal au dos ?

Il faut savoir qu’une bonne nuit de sommeil est très importante pour bien gérer la douleur.

En effet, quand on se réveille bien reposé, on a tendance à beaucoup mieux supporter la douleur, qui d’ailleurs semble moins intense.

Lorsque l’on souffre du dos, connaitre les bonnes positions pour le sommeil est donc primordial.

Première chose : oubliez complètement la position allongé sur le ventre.

Celle-ci vous force à tourner la tête sur le côté et d’ainsi tordre vos vertèbres cervicales dans une mauvaise position.

Dormir allongé sur le ventre ne fera donc que renforcer votre douleur non seulement la nuit mais également au lever.

Préférez vous allonger sur le dos.

Cette position vous aidera à l’inverse à corriger vos mauvaises postures et à soulager la douleur.

Dormir en position allongé sur le dos

Veillez à garder le dos bien droit et confortablement calé.

Ecartez légèrement vos jambes afin de respecter la largeur de votre bassin.

Etendez vos bras à plat le long de votre corps.

Cette position est tout à fait idéale car elle permet à votre corps une bonne récupération.

Si vous ne pouvez pas dormir sur le dos, la position dite du chien de fusil peut également convenir.

Veillez toutefois à maintenir l’écartement de vos jambes en bonne position à l’aide d’un petit oreiller.

Bien dormir pour moins souffrir

Adopter une bonne position de sommeil est essentiel lorsque l’on souffre du dos.

Aussi, n’hésitez pas à bouleverser un peu vos habitudes de sommeil.

© freedigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article

Terreurs nocturnes, l’homéopathie comme solution

Comme je vous le disais dans un précédent article, les terreurs nocturnes sont un phénomène qui préoccupe beaucoup les mamans.

Pourtant sans gravité, il inquiète et fait peur parfois.

Aussi, il est important de trouver rapidement une solution afin de permettre à chacun de retrouver des nuits de bonne qualité.

C’est pourquoi je vous propose tout de suite de découvrir comment l’homéopathie peut vous aider à soulager les terreurs nocturnes.

terreurs nocturnes homéopathie

Terreurs nocturnes, l’homéopathie comme solution

Soignez vous par les plantes…

Homéopathie, terreurs nocturnes, comment faire ?

Différentes préparations s’avèrent efficaces sur les terreurs nocturnes, tout particulièrement quand elles atteignent les enfants.

Tout d’abord, Stramonium pourra vous aider si votre enfant demande la présence d’un adulte pour s’endormir et s’il a besoin d’une petite lampe durant la nuit.

Ce remède l’aidera à mieux s’endormir et lui permettra de réduire son anxiété et son appréhension de la nuit, réduisant alors les risques de terreurs nocturnes.

Silicea est quant à lui particulièrement recommandé si le sommeil de votre enfant est agité d’une manière générale.

Il est sujet aux cauchemars, aux réveils en sursaut et a du mal à se rendormir.

Vaincre les terreurs nocturnes grâce à l’homéopathie

Si les terreurs nocturnes sont provoquées par une forte agitation durant la journée, Hyoscyamus niger sera efficace pour l’aider à s’apaiser.

Lorsque l’enfant a tendance à grincer des dents durant son sommeil, s’il crie la nuit et est difficilement consolable, Kalium bromatum est tout indiqué.

Il permettra à l’enfant de passer des nuits plus sereines et donc, réduira les risques de terreurs nocturnes.

Enfin, si les terreurs nocturnes se manifestent au cours d’un moment de fébrilité, Belladonna est tout particulièrement indiqué.

Comme vous pouvez le constater, l’homéopathie agit de manière très ciblée sur chaque trouble et permet ainsi une action tout particulièrement efficace.

Terreurs nocturnes et homéopathie

N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien avant d’entamer un traitement contre les terreurs nocturnes.

Il saura vous orienter vers le remède le plus adapté au problème particulier de votre enfant.

© freedigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article