Les pauses respiratoires pendant le sommeil

Nous avons parlé ensemble de la respiration irrégulière pendant le sommeil.

Je reviens donc comme promis sur le sujet afin de vous aider à mieux comprendre l’impact de ce phénomène sur votre santé.

Comme nous l’avons vu, ce type de respiration est tout à fait normal lorsqu’elle survient au cours de la phase de sommeil paradoxale, traduisant nos rêves et notre activité cérébrale intense.

Mais elle peut être beaucoup plus alarmante lorsqu’elle survient pendant une phase de sommeil profond.

Je vous propose donc de découvrir tout de suite son impact.

pause respiratoire pendant le sommeil

Les pauses respiratoires pendant le sommeil

Dormez de manière paisible…

Pourquoi des pauses respiratoires pendant le sommeil ?

Cette respiration irrégulière pendant la phase de sommeil profond se traduit bien souvent par la survenue de pauses.

Votre respiration cesse pendant une période plus ou moins longue, mais pas plus de quelques secondes, je vous rassure tout de suite.

Elle peut également se montrer très rapide à certains moments.

Bien souvent inquiétante pour le conjoint, ce type de respiration doit être pris au sérieux.

En effet, les pauses respiratoires pendant le sommeil profond traduisent bien souvent la survenue d’apnée de sommeil.

Prendre les pauses respiratoires au sérieux

Mieux vaut donc prendre ce phénomène très au sérieux et en parler au plus vite à votre médecin traitant.

En effet, même si l’apnée du sommeil n’est pas dangereuse en soi, il s’agit d’un trouble à ne pas négliger.

Elle entraine bien souvent un grand état de fatigue chez la personne qui en souffre.

Le sommeil est de qualité médiocre et ne permet pas de récupérer.

De plus, l’apnée du sommeil peut engendrer d’autres troubles liés.

Si vous ou votre conjoint remarquez des pauses respiratoires pendant le sommeil, n’hésitez donc pas à en parler à un professionnel de santé.

Traiter les pauses respiratoires pendant le sommeil

Diverses solutions existent pour traiter ce phénomène de pauses respiratoires.

Un traitement pourra donc rapidement vous aider à régler le problème.

© freedigitalphotos.net

Somnolence post prandiale : origine et solution

Connaissez-vous la somnolence post-prandiale ?

Vous savez, il s’agit de ce fameux coup de fatigue qui a tendance à nous tomber dessus dès que nous avons terminé notre repas de midi.

Nous sommes très nombreux à connaitre ce phénomène.

S’il n’a rien d’inquiétant en soi, il peut très vite devenir difficile à vivre pour les personnes qui travaillent.

En effet, s’endormir en début d’après midi alors que le travail ne manque pas peut être très gênant.

Je vous propose donc de découvrir d’où vient ce phénomène et quelles sont les solutions envisageables.

somnolence post prandiale

Somnolence post prandiale : origine et solution

Retrouvez votre énergie

Pourquoi la somnolence post postprandiale ?

Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, dans la plupart des cas, la somnolence post-prandiale n’a rien à voir avec l’alimentation.

Il s’agit en effet dune chose normale, dans certaines mesures.

En effet, elle correspond à une phase de ralentissement de l’activité cérébrale.

Durant cette période, nous sommes moins bien disposés pour travailler.

Votre cerveau et notre corps ont besoin d’un peu de repos pour pouvoir mieux repartir en milieu d’après-midi.

C’est ainsi que beaucoup de personnes s’accordent une petite sieste, estimant celle-ci tout à fait normale.

Mais, même si elle est toujours bénéfique, celle-ci ne doit pas s’avérer indispensable.

Comprendre la somnolence post-prandiale

En effet, la somnolence post-prandiale doit rester modérée et ne doit pas pousser à la sieste à tout prix.

Si tel est le cas, c’est bien souvent qu’elle traduit un déficit de sommeil nocturne.

Si vous aussi, vous ressentez une somnolence intense après le repas, au point de ressentir un réel besoin de dormir, c’est sans aucun doute que vous ne dormez pas assez la nuit.

Pour réduire ce phénomène et retrouver une activité normale en début d’après-midi, essayez de vous coucher plus tôt.

En accroissant votre sommeil nocturne, vous pourrez réduire votre somnolence post-prandiale de manière significative.

Mieux dormir la nuit pour être moins fatigué la journée

Dormir en plein après-midi, lorsque l’on a moins de 70 ans, ne doit pas être un besoin impératif.

Si tel est le cas, je vous conseille vivement de vous pencher sur la qualité de vos nuits.

© freedigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article

Dormir en position de foetus : quelle signification ?

Comme nous avons déjà eu l’occasion d’en parler dans un précédent article, la position que nous adoptons pour dormir peut parfois en dire long sur notre personnalité.

Que ce soit allongé sur le dos, sur le ventre, en boule, sur le côté… Chacune de ces positions traduit certains traits de notre caractère et peut aider à mieux nous connaitre.

J’ai donc décidé aujourd’hui de vous parler de la position du foetus.

En effet, beaucoup de personnes adoptent cette position pour dormir.

Mais quelle en est donc la signification ?

Voilà ce que je vous propose de découvrir tout de suite !

dormir position foetus

Dormir en position du foetus ; quelle signification ?

Analysez votre sommeil pour mieux vous connaitre…

La position du foetus pour dormir : comment et pourquoi ?

Dormir en position du foetus signifie être allongé sur le côté, les jambes repliées contre le ventre, tel l’enfant dans le ventre de sa mère.

Cette position est loin d’être anodine.

Elle traduit en effet un grand besoin d’amour et d’attention.

Les personnes dormant ainsi sont en général en recherche perpétuelle du regard de l’autre, ont besoin d’être entourées et supportent très mal la solitude.

Ce sont bien souvent des personnes dotées d‘une très grande sensibilité, qui ont tendance à l’empathie.

Dormir en position foetale

La position foetale est parfois associée à un enlacement de l’oreiller.

Ce geste rappelant celui de l’enfance, ou nous serrons notre doudou contre nous pour dormir, traduit un sentiment d’insécurité.

Si vous dormez ainsi, vous avez besoin d’être rassuré sur les sentiments de votre entourage, vous avez besoin de vous sentir aimé et apprécié.

Elle peut également traduire une période de doute, durant laquelle vous ne vous sentez pas à l’aise avec votre existence.

Comme vous le voyez, la position du foetus est par excellence la position de sommeil des personnes très sensibles et en grande demande affective.

Analyser les positions du sommeil

Il est toujours intéressant de connaitre le signification des positions du sommeil.

Je vous conseille donc grandement de prêter attention à la vôtre.

Elle vous en dira long sur vous-même !

© freedigitalphoto.net

Recherches d'accès à cet article

Le sommeil paradoxal chez le bébé

Chez le tout jeune enfant, il n’est pas toujours facile d’interpréter les différentes phases du sommeil.

Pourtant, nombreux sont les parents qui, devant réveiller leur enfant pour partir chez la nounou par exemple, aimeraient choisir le meilleur moment, c’est à dire la phase de sommeil paradoxal, pour réveiller leur enfant.

Pour cela, il faut tout d’abord apprendre à bien connaitre les rythmes du sommeil chez le bébé.

Je vous propose donc d’en apprendre tout de suite un peu plus sur le sommeil paradoxal chez le bébé.

sommeil paradoxal bébé

Le sommeil paradoxal chez le bébé

Comprenez le sommeil de votre enfant…

Comment reconnaitre le sommeil paradoxal du bébé ?

Tout comme les adultes, les enfants suivent un certain rythme au cours de leurs phases de sommeil.

Cependant, alors que le sommeil de l’adulte est découpé en 5 phases bien différentes, celui de l’enfant en connait beaucoup moins.

En effet, entre 0 et 2 mois, seules deux phases se manifestent : le sommeil calme et le sommeil agité.

Ce dernier est assimilé à notre sommeil paradoxal.

C’est à ce moment que bébé rêve, qu’il bouge et qu’il peut même émettre quelques sons durant son sommeil.

Son activité cérébrale est alors très intense et son cerveau structure ses différents apprentissages à ce moment.

Le sommeil paradoxal et le bébé

Ce n’est qu‘après l’âge de deux mois que ce sommeil agité devient à proprement parlé un sommeil paradoxal.

Il est alors en tous points semblable à la même phase chez l’adulte.

L’enfant rêve et est plus disposé à se réveiller en étant en pleine forme.

C’est par exemple à ce moment que vous pourrez éveiller votre enfant tout doucement si vous en avez l’obligation.

D’ailleurs mieux vaut le réveiller une demi-heure plus tôt, alors qu’il est en phase de sommeil paradoxal et sera donc en forme dès son levé, que le laisser dormir un peu plus longtemps mais le réveiller en plein sommeil calme.

Reconnaitre le sommeil paradoxal du jeune enfant

Le sommeil est bien souvent un problème pour les jeunes parents.

Il est alors important de bien connaitre les rythmes de bébé pour mieux s’y adapter.

© freedigitalphotos.net

Gérer le sommeil agité chez le bébé

Bien que l’on dise couramment « dormir comme un bébé« … cette expression n’est pas toujours justifiée.

En effet, trop peu nombreux sont les jeunes enfants qui dorment tranquillement tout au long de la nuit.

Il n’est pas rare, au contraire, que les bébés connaissent des nuits agitées, qu’ils aient du mal à trouver le sommeil ou encore qu’ils se réveillent beaucoup trop tôt le matin.

Je vous propose donc aujourd’hui de découvrir quelques astuces pour gérer au mieux le sommeil agité chez le bébé.

sommeil agité bébé

Gérer le sommeil agité chez le bébé

Aidez bébé à mieux dormir la nuit…

Comprendre le sommeil agité chez bébé

Le sommeil agité se caractérise par un bébé qui a tendance à bouger beaucoup ses membres, à émettre des sons, à ouvrir les yeux même.

Il faut savoir que de tels passages, survenant plusieurs fois au cours de la nuit, est tout à fait normal.

En effet, cette phase correspond, chez le bébé, à la phase durant laquelle l’adulte rêve.

Il s’agit de l’équivalent du sommeil paradoxal.

Cependant, ces phases doivent être alternées avec des phases de sommeil calme, durant lesquelles le bébé semble dormir profondément.

Elles lui permettent de récupérer pleinement et sont fondamentales.

Si les phases de sommeil agité sont trop nombreuses, il est important d’aider bébé à s’apaiser.

Aider bébé à vaincre le sommeil agité

Si votre bébé connait de trop nombreuses phases de sommeil agité, je vous rassure tout de suite, diverses solutions existent pour l’aider à gagner un sommeil paisible.

Tout d’abord, veillez à ce qu’il soit couché dans de bonnes conditions.

Le jeune enfant a tendance à mieux dormir dans un lit de petite taille.

N’hésitez pas alors à le coucher dans un berceau ou dans une nacelle.

Il existe également des matelas permettant de donner l’illusion à bébé qu’il se trouve dans un petit espace, rassurant.

Vous pouvez également l’aider avec un peu d’homéopathie.

Le sommeil agité est souvent provoqué par des coliques du nourrisson.

Traiter ce problème suffit bien souvent à aider bébé à mieux dormir.

Accompagner bébé vers un sommeil paisible

Aider bébé à dormir est très important.

N’hésitez pas à demander conseil à votre pédiatre si besoin est.

© freedigitalphotos.net

Dormir sur le dos : quelle signification ?

Comme nous avons déjà eu l’occasion d’en parler ensemble, notre position de sommeil traduit notre personnalité.

On peut même en apprendre très long sur nous, juste en nous regardant dormir.

Et vous, êtes-vous plutôt de ceux qui dorment sur le ventre, sur le côté, en foetus ou sur le dos ?

Je vous propose aujourd’hui de nous intéresser à la dernière position.

Dormir sur le dos, quelle est la signification ?

dormir sur le dos signification

Dormir sur le dos : quelle signification ?

Apprenez de votre sommeil…

Dormir sur le dos, qu’est ce que cela traduit ?

La position sur le dos pour dormir est par excellence la position des personnes qui se sentent bien et confiantes.

Si vous dormez ainsi, il y a fort à parier pour que vous ayez la chance d’être une personne sereine et relaxée.

Vous ne rencontrez pas de stress particulier, ‘n’avez pas d’appréhensions et vivez tranquillement votre quotidien.

Dormir sur le dos, c’est en effet s’exposer, ne pas chercher à se protéger ni des regards ni des éventuels « dangers » pouvant survenir dans votre sommeil.

Mais c’est également adopter la position traditionnelle des défunts.

Vous dormez sur le dos : vous êtes bien dans votre peau

Une personne qui dort sur le dos est également une personne qui donne beaucoup aux autres.

Votre générosité n’est plus à prouver, vous êtes une personne appréciée de votre entourage et vous êtes toujours à l’écoute de leurs besoins.

Par contre, vous attendez également beaucoup d’eux en contrepartie.

Vous ne vous engagez pas à la légère, vous tenez parole et il est certain que vous êtes une personne sur qui l’on peut compter.

Bref, vous l’aurez compris, allongé sur le dos est la position des personnes stables et solides.

Dis moi comment tu dors, je te dirai qui tu es

Il est toujours intéressant d’analyser les positions que l’on adopte pour dormir.

Je vous conseille donc  de vous pencher sur le sujet, afin de mieux vous connaitre mais également d’en apprendre sur votre entourage.

© freedigitalphotos.net

 

Recherches d'accès à cet article

Dormir sur le ventre : quelle signification ?

Savez-vous que nous passons près d’un tiers de notre vie à dormir ?

Autant dire que la chose mérite que l’on y prête attention.

En effet, notre sommeil est très important dans notre existence.

Mais savez-vous qu’on peut en apprendre beaucoup sur vous rien qu’en observant votre manière de dormir ?

Dormir sur le ventre traduit par exemple certains traits de votre personnalité.

C’est d’ailleurs ce que je vous propose de découvrir tout de suite.

signification dormir sur le ventre

Dormir sur le ventre : quelle signification ?

Analysez votre personnalité à travers votre sommeil

Quelle est la signification de dormir sur le ventre ?

Lorsque nous dormons, nous n’avons que très peu, voire même aucun, contrôle sur notre corps.

Celui-ci en profite pour se détendre, pour prendre des positions parfois surprenantes…

Nous avons également tous une position favorite pour dormir.

Une position dans laquelle notre sommeil est de meilleure qualité.

Et cette position en dit long sur nous, sur notre personnalité.

Vous dormez allongé sur le ventre ?

Alors je peux en quelques lignes vous tracer les principaux traits de votre caractère.

Dormir sur le ventre : une signification particulière

Le ventre est par excellence le centre de nos émotions.

En dormant sur le ventre, nous cherchons donc à protéger nos ressentis, nos sentiments et nos émotions.

Cette position de sommeil traduit une certaine pudeur, un besoin de réserve et de protection.

En quelques sortes, en dormant sur le ventre, vous protégez votre petit jardin secret de la vue de tous.

Vous préférez garder vos sentiments pour vous.

Cette position est bien souvent adoptée par des personnes réservées, qui tiennent à conserver leur espace vital et qui n’aiment pas se sentir envahies par leur entourage.

Dormir sur le ventre pour se protéger

Comme je vous le disais, chaque position du sommeil possède une signification particulière.

Je vous propose donc de voir la signification d’autres positions dans un prochain sujet.

© freedigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article

Sommeil perturbé chez l’adulte : les troubles les plus fréquents

Il existe une très large variété de troubles du sommeil pouvant se manifester chez l’adulte.

En effet, de l’endormissement au moment du réveil le matin, de nombreuses choses peuvent interférer sur la qualité de notre nuit.

C’est ainsi que nous ne parvenons pas à nous endormir, que nous ne trouvons pas le sommeil  profond, que nous nous réveillons au milieu de la nuit sans pouvoir nous rendormir…

J’ai donc décidé aujourd’hui de vous parler des différents troubles qui peuvent se rencontrer.

Voici donc les principales causes d’un sommeil perturbé chez l’adulte.

sommeil perturbé adulte

Sommeil perturbé chez l’adulte : les troubles les plus fréquents

Comprenez vos difficultés à dormir…

Un sommeil perturbé chez l’adulte : pourquoi ?

Dans le domaine du sommeil perturbé, nous rencontrons différents troubles possibles.

Tout d’abord, l’insomnie d’endormissement.

On parle ainsi quand la personne ne parvient pas à trouver le sommeil dans un délai normal et qu’elle ne peut s’endormir avant une heure très avancée.

C’est l’un des troubles les plus fréquents et il touche un grand nombre de personnes.

On rencontre également l’insomnie de milieu de nuit.

On en parle lorsque la personne se réveille en pleine nuit sans parvenir à se rendormir rapidement.

Bien souvent, il faut attendre qu’un cycle, ou deux, ou trois se déroulent en entier pour pouvoir dormir à nouveau.

Comprendre le sommeil perturbé de l’adulte

Il arrive également que l’insomnie du petit matin vienne écourter la nuit.

La personne s’éveille un long moment avant l’heure du lever et ne parvient pas à se rendormir.

Elle est réveillée pour la journée entière.

Enfin, on rencontre l’insomnie totale.

Beaucoup plus rare, elle se manifeste, comme vous l’aurez compris, lorsque la personne ne peut pas trouver le sommeil de toute la nuit.

Comme vous pouvez le constater, il existe un grand nombre de troubles du sommeil qui peuvent venir perturber nos nuits.

Vaincre le sommeil perturbé chez l’adulte

Quel que soit le trouble dont vous êtes atteint, il est important de le prendre en charge rapidement.

En effet, plus vous le laisserez s’installer, plus il sera difficile à traiter.

© freedigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article

Sommeil profond et paradoxal : quelle différence ?

Tout au long de la nuit, notre sommeil suit un rythme bien déterminé, qui nous aide à récupérer de toute la fatigue accumulée au cours de la journée.

Durant une même nuit, ce rythme est fractionné en plusieurs phases, qui se répètent jusqu’au matin.

C’est ainsi que nous rencontrons des phases de sommeil profond et de sommeil paradoxal.

Cependant, nous n’en connaissons pas forcément le principe.

A quel sommeil correspond telle phase ?

C’est ce que je vous propose de découvrir tout de suite en comparant le sommeil profond et paradoxal.

sommeil profond et paradoxal

Sommeil profond et paradoxal : quelle différence ?

Comprenez votre sommeil pour mieux dormir…

Le sommeil profond et paradoxal : quelle différence ?

Nous avons déjà eu l’occasion d’en parler dans d’autres sujets ici.

Le sommeil profond est la phase durant laquelle notre corps récupère et évacue toute la fatigue que nous avons accumulées avec les activités de notre journée.

C’est également un moment pendant lequel le réveil est beaucoup plus difficile.

Si nous sommes réveillé durant cette phase, notre corps n’étant pas prêt, nous aurons un sentiment de fatigue qui se poursuivra bien souvent tout au long de la journée.

Il est donc important de respecter au maximum cette phase de sommeil primordiale, qui nous assure forme et bien-être tout au long de la journée.

Le sommeil paradoxal, quant à lui, est beaucoup plus simple mais tout aussi important.

Connaitre le sommeil profond et le sommeil paradoxal

En effet, le sommeil paradoxal est par excellence le moment du rêve.

Notre sommeil est léger, notre activité cérébrale est intense et nous sommes souvent agité.

Cette phase, qui dure environ 15 à 20 minutes, est propice au réveil.

C’est souvent à ce moment que nous sommes sensibles aux bruits extérieurs.

Le sommeil paradoxal est de plus en plus présent au fur et à mesure que la nuit avance.

En fin de nuit, notre sommeil paradoxal est donc majoritaire, nous permettant un réveil en pleine forme.

Le sommeil profond et le sommeil paradoxal : un duo complémentaire

Bien entendu, ces deux phases de sommeil sont complémentaires et nous permettent de nous sentir bien dès notre réveil.

Il est donc important de les respecter et de suivre leur rythme.

© freedigitalphotos.net

Pleine lune et sommeil : un effet négatif prouvé

Les effets de la pleine lune sont reconnus depuis bien longtemps.

Nos grands-mères connaissaient déjà bon nombre des actions bénéfiques et néfastes de la pleine lune.

Mais saviez-vous que cette dernière agit également sur la qualité de notre sommeil ?

En effet, une étude récente l’a prouvé.

Je vous propose donc de découvrir tout de suite en quoi la pleine lune joue un rôle sur notre sommeil.

pleine lune et sommeil

Pleine lune et sommeil : des effets néfastes

Découvrez les effets de la nature…

Pleine lune et sommeil : comment ça marche ?

Agitation, difficultés à trouver le sommeil, perturbations diverses… certaines nuits, nous rencontrons de grandes difficultés à dormir sans pour autant pouvoir se l’expliquer.

Une étude réalisée en juillet 2013 nous donne peut être une explication.

En effet, elle a démontré, pendant la période de pleine lune, la qualité de notre sommeil diminue de 30 %.

Et savez-vous comment ?

Eh bien tout simplement en agissant sur notre production de mélatonine, l’hormone du sommeil.

Libérée dès la tombée de la nuit, la mélatonine joue un rôle prépondérant dans notre rythme de sommeil.

C’est elle qui nous indique qu’il est l’heure de se mettre au lit et de dormir.

Quel est l’effet de la pleine lune sur la production de mélatonine ?

L’étude réalisée sur l’effet de la lune sur notre sommeil a montré que, chez les sujets observés, le taux de mélatonine était anormalement bas à l’heure du couche les soirs de pleine lune.

En découlent donc naturellement des conséquences néfastes, des difficultés à dormir et à atteindre le sommeil profond.

Les scientifiques pensent que c’est le plus grande exposition à la lumière  due à la pleine lune qui agirait de manière néfaste sur notre taux de mélatonine.

Cependant, certaines personnes sont plus sensibles aux divers effets de la lune.

Il est donc probable que ce phénomène ne s’avère pas très marqué chez vous.

Des effets parfois inattendus

La lune a toujours été un grand  mystère.

Elle est ainsi la source de bien des légendes et des croyances.

Il y a donc fort à parier que d’autres effets soient scientifiquement prouvés dans les années à venir.

© freedigitalphotos.net

Les ondes cérébrales du sommeil

Tout au long de la journée et de la nuit, notre cerveau est un fonction.

Ainsi, il émet différents types d’ondes, traduisant la nature de son activité.

Il existe en effet les ondes alpha, les ondes bêta, les ondes thêta et enfin les ondes delta.

Aujourd’hui,  je vous propose donc de nous intéresser aux ondes typiques à notre sommeil.

Eh oui, nous n’en sommes absolument pas conscient, mais pendant que nous dormons, notre activité cérébrale émet des ondes bien particulières.

ondes cérébrales sommeil

Les ondes cérébrales du sommeil

Décryptez votre cerveau…

Quelles sont les ondes cérébrales du sommeil ?

Tout d’abord, il faut savoir qu’il n’existe pas un seul type d’onde cérébrale rencontrée pendant le sommeil.

En effet, chacune des différentes phases du sommeil procède ses propres ondes, en fonction de la nature et de l’intensité du repos.

Ainsi, durant la phase d’endormissement, ce sont les ondes thêta et bêta que l’on rencontre.

Elles traduisent un état particulier, à mi chemin entre l’éveil et le sommeil et durant lequel votre sommeil est très fragile.

Le moindre bruit peut vous réveiller.

Juste après survient la phase du sommeil lent et léger.

Seul le rythme thêta est alors visible, mais de manière assez irrégulière.

Durant cette phase, vous êtes prêt aussi bien à vous réveiller qu’à plonger dans un sommeil profond.

Les ondes cérébrales du sommeil profond

Lorsque vous parvenez à atteindre le sommeil profond, ce sont les ondes Delta qui entrent en action.

Elles signifient que votre corps est entré en phase de récupération intense et que votre sommeil est particulièrement bénéfique.

Comme vous pouvez le constater, un expert peut très facilement étudier la qualité de votre sommeil via les ondes cérébrales que vous émettez.

Celles-ci sont analysables via un système d’électrodes placées sur le crâne.

Mais je vous rassure si cela vous effraie, il ne s’agit absolument pas d’une pratique courante !

Connaitre les ondes cérébrales pour mieux comprendre

Notre cerveau dispose d’une organisation toujours étonnante.

Beaucoup d’entre nous l’ignorent, mais nos ondes cérébrales traduisent un très grand nombre d’éléments de notre personnalité.

Bien les connaitre, c’est donc mieux se connaitre soi-même.

© freedigitalphotos.net

Surveillez vos nuits avec l’agenda du sommeil

Analyser son propre sommeil et en avoir une vue satisfaisante n’est pas toujours chose aisée.

En effet, il arrive que l’on ne se souviennent plus très bien à quelle heure nous sommes allé au lit, à quelle heure nous nous sommes endormi, combien de réveils nous avons eu au cours de la nuit, etc.

Aussi, pour vous aider, il existe un petit outil très simple d’utilisation : l’agenda du sommeil.

Je vous propose de le découvrir tout de suite.

agenda du sommeil morphée

Surveillez vos nuits avec l’agenda du sommeil

Notez la qualité de vos nuits au jour le jour…

Qu’est ce qu’un agenda du sommeil ?

L’agenda du sommeil est un petit document ou l’on vous demandera de noter diverses informations sur votre sommeil :

– les moments ou l’envie de dormir s’est fait ressentir ainsi que les moments de sommeil

– la durée de chaque nuit, avec l’heure de coucher et l’heure de lever

– une note sur 10 pour la qualité de la journée et une autre sur 10 pour la qualité de la nuit

– l’éventuelle prise de médicaments

Ce document est à compléter chaque jour afin d’obtenir des informations complètes et valables.

Dans quel cas utiliser un agenda du sommeil ?

Les raisons qui poussent à utiliser un agenda du sommeil peuvent être très variées.

Le plus souvent, il est utilisé pour pointer certains troubles du sommeil difficiles à déterminer.

Il peut également s’avérer être d’une grande aide pour votre médecin.

L’agenda du sommeil lui offrira en effet un regard précis sur vos nuits, sur votre état de fatigue mais aussi sur vos habitudes de vie.

Il s’agit d’ailleurs d’un excellent outil pour pointer du doigt une hygiène de vie non conforme à un bon sommeil.

L’agenda du sommeil est enfin le meilleur outil pour diagnostiquer un dérèglement de l’horloge interne ou du rythme circadien.

Utiliser un agenda du sommeil

En cherchant sur internet, vous pourrez vous procurer facilement un agenda du sommeil à télécharger et à imprimer directement chez vous.

Si vous souhaitez l’utiliser, sachez qu’il est important de le faire de manière régulière et sur une durée suffisamment longue.

© freedigitalphotos.net

L’insomnie matinale : trop peu reconnue

Vous le savez maintenant, il existe différentes sortes d’insomnies.

Même si ces différenciations sont encore trop peu reconnues, elles sont pourtant primordiales pour bien traiter vos problèmes de sommeil.

Je voulais donc vous parler aujourd’hui d’un type d’insomnie trop souvent banalisé.

Il s’agit de l’insomnie matinale.

insomnie matinale

L’insomnie matinale : trop peu reconnue

Découvrez l’importance de dormir le matin…

Qu’est ce que l’insomnie matinale ?

L’insomnie matinale se manifeste en fin de nuit.

Vous vous couchez le soir, vous vous endormez sans rencontrer de problème particulier et votre sommeil est suffisamment réparateur.

Cependant, vous vous réveillez en deuxième partie de nuit, le plus souvent aux alentours de 4 ou 5 heures du matin et vous ne parvenez pas à retrouver le sommeil.

Malgré vos efforts, il vous est tout simplement impossible de vous rendormir et vous restez éveillé jusqu’à l’heure de votre réveil.

Bien souvent, lorsque l’on parle de ce type d’insomnie, on est incompris.

En effet, il n’est pas rare d’entendre des réponses telles que « mais tu as déjà dormi, ce n’est pas pareil », « tu n’as qu’à te coucher plus tôt, tu seras alors suffisamment reposé »…

Impact de l’insomnie matinale sur votre santé

Pourtant, l’insomnie matinale est bien loin d’être anodine.

En effet,  elle est source de fatigue, de stress et peut parfois être à l’origine d’une angoisse liée au sommeil.

Cette angoisse, pouvant se manifester à la longue dès le moment du coucher, peut rapidement faire naitre un nouveau type d’insomnie, l’insomnie d’endormissement, vous entrainant alors dans une véritable spirale infernale du manque de sommeil.

L’insomnie matinale est donc un réel problème, qu’il faut traiter rapidement afin qu’il ne s’installe pas et n’apporte pas un dérèglement plus important de votre cycle de sommeil.

Comment vaincre l’insomnie matinale et en finir avec les réveils intempestifs ?

Je reviendrai très prochainement sur le sujet de l’insomnie matinale et vous aiderai à trouver des solutions simples, saines et rapides pour en finir une bonne fois pour  toutes avec l’insomnie matinale.

© freedigitalphotos.net

Recherches d'accès à cet article

Le syndrome de retard de phase de sommeil

Le syndrome de retard de phase de sommeil est un trouble assez courant.

Lié à notre rythme circadien, il découle d’un dérèglement et conduit les personnes en souffrant à ne pas respecter un rythme normal.

Je vous propose donc de découvrir ce syndrome plus en détail et de découvrir quelques caractéristiques bien particulières qui vous permettront de savoir si vous en souffrez ou non.

syndrome de retard de la phase de sommeil

Le syndrome de retard de la phase de sommeil

Un trouble handicapant au quotidien…

Qu’est ce que le syndrome de retard de phase de sommeil

Une personne qui souffre du syndrome de retard de phase de sommeil subit un décalage  dans son rythme de sommeil.

C’est à dire qu’elle est incapable d’aller se coucher et de s’endormir à une heure considérée comme normale et qu’elle ne peut se lever tôt sans en subir les conséquences.

Le coucher à en principe lieu après 3 heures du matin et le lever après 10 heures.

En dehors de se rythme, la personne souffre de fatigue, de baisse de performance en journée, d’endormissement.

C’est le cas notamment des personnes souffrant de ce syndrome et soumises aux contraintes sociales comme par exemple des horaires de travail.

Le sommeil chez les personnes souffrant du syndrome

Lorsque ce syndrome n’est pas lié à d’autres troubles, le sommeil reste de bonne qualité lorsque le rythme naturel est respecté.

La personne se lève en pleine forme et reste normalement active jusqu’à très tard dans la nuit.

Cependant, si vous souffrez du syndrome de retard de la phase de sommeil et que vous devez travailler, que vous avez une famille, vous risquez de réellement souffrir de ce décalage.

En effet, les personnes souffrant du syndrome mais soumise à des contraintes se plaignent en principe d’une fatigue gênante.

Aussi, la première réaction est bien souvent de compenser le retard de sommeil accumulé la semaine durant les jours de repos.

Mais dormir excessivement le week-end est beaucoup plus néfaste que bénéfique car ce rythme conduit bien souvent à une aggravation du décalage.

Soulager le syndrome de retard de la phase de sommeil

Je reviendrai très prochainement sur le sujet pour vous donner quelques pistes afin de soulager vos troubles.

© freedigitalphoto.net

Comment lutter contre la fatigue chronique ?

Je vous parlais dans un précédent sujet de la fatigue chronique, un mal qui peut réellement vous handicaper dans votre vie quotidienne.

Aussi, je souhaite revenir aujourd’hui sur ce vaste sujet et vous donner quelques piste pour lutter contre la fatigue chronique.

Car je vous rassure, la fatigue chronique n’est pas une fatalité, bien au contraire !

lutter contre la fatigue chronique

Comment lutter contre la fatigue chronique ?

Découvrez comment retrouver votre fatalité…

Lutter contre la fatigue chronique : conseils !

Bien entendu, l’une des principales causes de la fatigue dite chronique est le manque de sommeil.

Pour lutter contre ce problème de plus en plus courant, il est donc important de prendre le temps de faire le point sur la qualité de son sommeil.

Dormez-vous suffisamment ?

Vous couchez-vous assez tôt ?

Avez-vous tendance à vous réveiller plusieurs fois au cours de la nuit ?

Toutes ces questions sont importantes et vous aideront à faire le point sur vos habitudes de sommeil.

Dans le cas ou elles ne correspondraient pas à vos besoins, il y a de fortes chances que votre fatigue chronique soit due au manque de sommeil.

Petite astuce : n’hésitez pas à faire une petite sieste en début d’après midi.

Lutter contre la fatigue chronique grâce à la pensée positive

Cela peut vous paraitre étrange comme conseil mais pratiquer la pensée positive peut s’avérer très efficace pour chasser la fatigue chronique.

En effet, le fait de « voir la vie du bon côté », de cherche le bien en chaque chose, de tourner le dos à ses idées noires permet de vivre plus détendu et donc d’améliorer fortement la qualité du sommeil.

Essayez donc pendant quelques jours de penser positif, de ne pas vous apitoyer sur votre sort mais de regarder votre vie de manière différente.

Il y a fort à parier qu’avec quelques minutes de réflexion, vous pourrez trouver de nombreux points positifs sur lesquels appuyer vos journées.

Fatigue chronique : lutter et retrouver son énergie

Comme vous pouvez le constater, quelques petites astuces simples peuvent réellement vous aider à améliorer la qualité de vos nuits et ainsi réduire votre fatigue chronique de manière significative.

© freedigitalphotos.net